Le Blog du Lions Club de Montaigu

Articles récents

L'Edito de Philippe Flécher

25 Octobre 2014 , Rédigé par M.C. Publié dans #Le Club de Montaigu

Philippe Flécher
Philippe Flécher

« L’Automobile vue par un Lion passionné »

Notre ami Marcel m’a sollicité sympathiquement pour la réalisation d’un « Edito », évidement j’ai immédiatement accepté cette tâche avec un temps de réflexion quasi nul. Le thème : libre…pour rédiger cet article je me suis plongé dans ….. « Wikipédia » ou il est noté : « En journalisme, un éditorial est un article qui reflète la position ou bien le point de vue de l'éditeur ou de la rédaction sur un thème d'actualité ».
Quelle actualité me passionne-t-elle ?? Je travaille...beaucoup, consacre le peu de temps que j’ai de libre à ma famille, mes amis et au Lions ! J’adore les émissions scientifiques et culturelles, je suis les actualités avec passion, mais j’ai le sentiment que ma capacité à retenir l’information courante est égale à celle que doit posséder un poisson rouge de taille moyenne.
Aussi, je décide de vous faire partager ma position paradoxale sur la « mondialisation » au travers d’une de mes passions : L’Automobile. En octobre 2014, le Salon Mondial de l’Automobile se tenait à Paris.
Il y a 22 ans de cela, je travaillais chez un constructeur Automobile et participait ainsi à mon 1er Mondial de l’Automobile de manière active, j’ai ensuite participé à 5 autres Mondiaux à Paris. Ce salon a modifié son intitulé en 1988, car auparavant il se nommait « Salon International de l'automobile et du cycle ».
Depuis cette époque Le monde a beaucoup évolué, je pense qu’en une génération soit 25 ans (au lieu de 20 ans il y a un siècle), les mutations économiques, industrielles et technologiques sont trois fois plus importantes que celles qui ont eu lieu entre 1900 et 1950. Et cette accélération est visible au travers de l’automobile et de ses manifestations. Il y a 30 ans le salon de Détroit aux Etats unis était la grande référence mondiale, les américains dédaignaient l’Europe….dominaient le reste du monde et cette industrie était florissante chez eux. Leur protectionnisme les préservait de toute intrusion.
Deux autres salons faisaient figure de référence dans le monde ; Celui de Genève en Suisse, cependant réservé à l’Elite de l’automobile avec un positionnement produit haut de gamme et surtout la présentation de Concepts Cars qui laissaient libre cours aux Designers et Ingénieurs. Et celui de Tokyo au Japon, qui était considéré comme… la découverte de produits….presque exotiques mais gageurs de qualité et dont les méthodes de production commençaient à faire référence dans toutes les Industries du monde.
Peu à peu les Japonais ont su s’introduire aux Etats Unis et devenir les premiers producteurs mondiaux de véhicules devant les Etats Unis.
Les Européens ont su faire le dos rond face à la montée Niponne, notamment en montant en gamme. Les constructeurs Français ont eux géré le paradoxe, en descendant en gamme, délocalisant dans le PECO (anciens pays d’Europe de l’Est) et …..en faisant main basse sur …..un fleuron de l’industrie Japonaise avec Nissan, puis Samsung en Corée mais également en nouant des accords avec d’autres constructeurs Automobile en Asie, Russie et Amérique du Sud. Bien entendu nos constructeurs nationaux sont ensuite remontés en gamme pour réhabiliter une certaine idée de la « French touch » avec par exemple la gamme DS.
Entre temps Détroit, l’ancienne capitale mondiale de l’automobile est devenue sinistrée, perdant en 40 ans près de la moitié de sa population. Le 18 juillet 2013 le maire a du demandé la mise en Faillite de la ville, dont le nom est d’origine ….Française, lien de la rivière étroite qui relie les deux lacs, Sainte Claire et Erié.
Aujourd’hui les nouvelles références mondiales des salons de l’automobile sont Pékin et Shanghai en Chine. Ces salon créés il y a près de 30 ans étaient à leurs débuts dédié aux constructeurs Chinois qui découvraient ce marché.
La Chine est en 2014 le premier marché mondial de l’Automobile. L’Amérique a su muter avec les NTIC (Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication) mais elle a perdu de son flamboyant au détriment de l’Asie.
Et l’Europe dans tout cela ? Et bien le 1er constructeur mondial est maintenant l’Allemand Wolkswagen depuis juillet 2014, devant le Japonais Toyota et l’Américain Général Motors. « Mine de rien » petit à petit, l’actuel N°1 mondial s’est fait son chemin, fléchissant peu malgré les tourmentes familiales entre les Puech et les Porsche. Et la France dans tout cela : Et bien …Aujourd’hui le premier constructeur Automobile Français a fait alliance.. avec la Chine, pour s’adapter au contexte économique actuel.
Mais…L’image de la France a su briller de mille feux au travers de toutes ces péripéties puisque le Salon Mondial de l’Automobile à Paris est aujourd’hui le plus reconnu et le plus fréquenté avec 1,25 Millions de visiteurs, de tous les salons…de notre nouveau monde. Le Monde a changé, change et continuera de changer, la France également, pour ma part je ne veux retenir que le dernier point cité : Le Salon Mondial de l’Automobile de Paris est aujourd’hui le plus grand Salon du Monde !!!

Ce texte est paru dans notre dernière “Lettre mensuelle” dans laquelle est publié chaque mois “l’Edito” ou le “Point de vue” d’un Lion. Il n’engage pas le club et n’est que l’expression de celui qui l’écrit. Pour consulter la Lettre du mois cliquez sur le lien "PDF" ci-après :

Remises des Dons 2013/2014 aux Associations ou Personnes sélectionnées

23 Octobre 2014 , Rédigé par M.C. Publié dans #Le Club de Montaigu

Pour cette soirée consacrée à la remise des dons de l’année 2013/2014, 18 Lions étaient présents. Ce fut un grand moment, aussi je laisse à Thierry qui fut l’artisan de cette très belle année, le soin de vous la commenter. M.C.

Notre repas statutaire du 26/09/2014 a été l'occasion de remettre officiellement les dons de l'année 2013/2014 à tous leurs bénéficiaires. Comme vous le savez 20 000 euros ont été distribués cette année ! On ne le dira jamais suffisamment, mais c'est une somme qui est vraiment élevée !!! Nous devons être fiers de ce que nous faisons !

Pour revenir à notre soirée, nous avons donc participé en 2013/2014 aux actions suivantes :

  • Soutien au téléthon : 300 euros
  • Don à l'association Martial Caillaud : 2 000 euros
  • Don à l'association Cœur du monde : 2 000 euros Financement du minibus :
  • 7 000 euros (soit le tiers de notre projet pluriannuel),
  • Participation à l'ouverture d'un centre de consultation en oncohématologie à l’hôpital de Montaigu : 5 000 euros.
  • Don de 1 000 euros pour M. et Mme Gautreau de St Hilaire de Loulay pour l'acquisition d'un fauteuil roulant à leur fils Mathis.

Nous ont accompagnés lors de cette soirée :

  • Mme Emmanuelle Morin, Directrice des EPHAD des Terres de Montaigu qui nous a encore vanté tous les services que permettait d'offrir le minibus aux personnes âgées,
  • M. Delêtre de l'association Coeur du Monde qui nous a parlé des projets mis en œuvre avec les dons du Lions club,
  • M. et Mme Lusseau qui représentaient l'association Martial Caillaud et qui nous ont indiqué que les dons effectués par le lions Club de Montaigu en 2013 avait servi à financer une sortie des enfants de l'orphelinat de Baduraliya au Sri Lanka.
  • M. et Mme Gautreau, accompagné de leur fils Mathis équipé de son nouveau fauteuil, auquel a participé notre association.
  • Et enfin Mme Michaux (Directrice de l'hôpital de Montaigu) et le Docteur Maisonneuve qui nous a présenté le projet soutenu par notre club concernant l’ouverture d'une consultation en oncohématologie (voir article ci-après).

Tous ont chaleureusement remercié notre club et c'est au travers de leurs témoignages, concret et réel que nos pouvons voir l'utilité de notre engagement ! Il faut continuer à nous mobiliser en 2014/2015 afin de recueillir encore plus de publicités pour notre plaquette pour accroitre nos actions.

Cette année, nous devons faire exploser les recettes tirées de la plaquette et c'est notre mobilisation à tous qui le permettra !

Par ailleurs, la volonté du club d'ancrer ses actions en direction de la population de notre bassin de vie nous permet de nous faire encore mieux connaître.

Je pense personnellement que cela nous aidera à mobiliser nos partenaires autour de nos projets. Le Lions club de Montaigu compte sur vous tous pour contacter les entreprises susceptibles de participer à notre plaquette. Thierry Chéneau

Remises des Dons 2013/2014 aux Associations ou Personnes sélectionnéesRemises des Dons 2013/2014 aux Associations ou Personnes sélectionnées
Remises des Dons 2013/2014 aux Associations ou Personnes sélectionnées

A propos de l'aide de notre club à l'Hôpital de Montaigu

22 Octobre 2014 , Rédigé par M.C.

A propos de l'aide de notre club à l'Hôpital de Montaigu
Copie de la lettre adressée à Thierry Chéneau par le Docteur Maisonneuve à la suite de la soirée du 26 septembre au cours de laquelle il a fait une brillante intervention qui a permis aux « profanes » que nous sommes de mieux comprendre les « tenants et aboutissants » du projet que nous contribuerons à financer !
Au nom de l'association du service de médecine interne oncohématologie du centre hospitalier départemental (CHD multi site), je remercie le LIONS Club de Montaigu pour sa donation de 5 000 €, en soutien du projet de création d'une activité de consultation avancée au sein du site de Montaigu, en partenariat avec le service de médecine polyvalente de ce site.
Le projet d'une consultation avancée en hématologie clinique et en oncologie médicale a pour but de permettre un meilleur accès des patients, en limitant leur temps de déplacement, en demeurant au plus proche de leur lieu d'habitation, tout en assurant un suivi équivalent de leurs pathologies, dans le cadre d'une consultation externe tenue par un médecin Sénior du Service (le Dr Nadine Morineau en hématologie et le Dr Tifenn l'Haridon en oncologie médicale).
Cette consultation sera organisée en concertation avec le docteur Patrick Point responsable du service de médecine polyvalente, constituant la première étape d'une collaboration déjà mise en œuvre à travers la gestion programmée des transfusions sanguines, la prise en charge de certaines complications des chimiothérapies, et le rapprochement géographique sur le site de Montaigu, dans certaines situations cliniques.
Le projet comportera une deuxième étape basée sur l'organisation d'une activité ambulatoire portant sur les traitements chimiothérapiques et immunothérapiques, afin de permettre une prise en charge de proximité, selon les mêmes règles d'organisation en vigueur sur le site de la Roche-sur-Yon, grâce à l'intervention de l'unité de pharmacotechnie assurant la préparation et l'acheminement des médicaments sur le site de Montaigu , à l'instar de ce que nous réalisons pour l'hôpital de Fontenay le Comte et de Challans par exemple.
D'autres collaborations naîtront de ces étapes de coopération, nous l'espérons au bénéfice des patients, et de la collectivité, en favorisant toujours les prises en charge de proximité , en renforçant le lien avec nos confrères généralistes Nous remercions le LIONS Club de nous apporter son soutien pour la mise en œuvre de la première étape Très cordialement » Dr Hervé Maisonneuve Oncohématologie

Energies renouvelables : le modèle allemand à bout de souffle (Site Fondapol)

17 Octobre 2014 , Rédigé par M.C. Publié dans #Lu pour vous

Energies renouvelables : le modèle allemand à bout de souffle (Site Fondapol)
Le sommet sur le climat, qui a eu lieu la semaine au siège des Nations Unies à New York, ravive le débat sur le changement climatique, et aussi les peurs qui en découlent. « Changer de modèle » de production et de consommation énergétique, voilà le mot d’ordre.
Le défi est de savoir comment. A ce titre, l’Allemagne est un bon exemple, puisqu’elle a fait le choix de développer les énergies renouvelables dans son mix énergétique.
Dans quelle mesure cette stratégie est-elle payante ? Par rapport à 1990, l’Allemagne a diminué ses émissions de gaz à effet de serre de 25 %,. C’est bien mieux que la France, qui les a réduites de 10 % sur la même période, alors que la part des énergies renouvelables dans la consommation finale brute est à peu près équivalente.
Mais il serait trop simpliste de mesurer l’efficacité de la politique énergétique par ce seul critère, car une autre tendance, plus inquiétante se dessine. D’une part, l’émergence du photovoltaïque et de l’éolien repose en grande partie sur la volonté de l’Etat allemand de favoriser ces énergies, ce qui a un coût non négligeable pour le consommateur.
D’autre part, l’Allemagne est l’un des rares pays à avoir, depuis quelques années, augmenté sa consommation de charbon, dont l’impact sur l’environnement est l’un des plus nocifs parmi les énergies fossiles. Le charbon compte aujourd’hui pour 45 % de la production allemande d’électricité. Et sa consommation de lignite, anthracite et houille, tous des charbons très concentrés en carbone, représente 42, 35 et 54 % respectivement de la consommation intérieure brute de l’Union européenne.
La politique énergétique de l’Allemagne est donc en pleine contradiction, notamment avec les objectifs de baisse des émissions de gaz à effet de serre définis par l’Union européenne. Il y a principalement deux variables qui font pression à la baisse des émissions de gaz à effet de serre.
La première est bien évidemment la politique énergétique.
La seconde dépend de l’état du marché des énergies fossiles : si les prix sont à la baisse, il y aura moins d’incitations pour les entreprises innovantes à trouver des énergies substituables. L’effet est renforcé quand un nouvel acteur sur le marché fait augmenter les volumes ; c’est le cas notamment des Etats-Unis depuis quelques années avec l’exploitation de nouveaux gisements de gaz et huile de schistes.
Par ailleurs, le modèle allemand s’essouffle. L’un des plus gros chantiers d’éolien en mer (Bard 1) ne sera pas fonctionnel avant des années tant les problèmes techniques sont nombreux. Pour le moment, les autorités font tourner les turbines au fioul pour éviter l’usure causée par l’eau de mer ! Certains investisseurs commencent à jeter l’éponge.
Dans un récent sondage de la Chambre de commerce américaine, les entrepreneurs américains trouvent l’Allemagne moins attractive, à cause de ces choix en matière de politique énergétique. C’est le cas aussi de certaines entreprises allemandes, qui préfèrent investir à l’étranger. Tout cela à un coût, notamment en termes d’emplois et de croissance. Alors que l’Allemagne est le moteur économique de l’Europe, elle devra peut-être revoir certains de ses objectifs si elle ne veut pas pénaliser toute l’Europe.
L’augmentation rapide des énergies renouvelables n’a profité ni à l’industrie, ni aux ménages. Dans les deux cas, le coût de l’énergie est bien plus élevé en Allemagne qu’en France, au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis.
La situation est d’autant plus contrastée avec ces derniers, qui, grâce à l’exploitation des gaz et huile de schistes ont vu les prix de l’énergie diminuer sensiblement pour les ménages et les entreprises. Cela montre d’abord l’importance des choix politiques en matière d’énergie. C’est particulièrement le cas dans le secteur industriel.
Alors que les entreprises américaines sont de plus en plus compétitives, y compris vis-à-vis de leurs concurrents chinois, les entreprises allemandes voient leur facture d’électricité s’accroitre. Cette situation est préoccupante, car l’industrie lourde, comme la chimie, est touchée de plein fouet par la hausse des prix.
Et ce ne sont pas seulement les grands groupes qui s’inquiètenet ; les PME se disent de plus en plus préoccupée par le coût de l’énergie, qui pourrait avoir des effets délétères sur leurs exportations.
Ensuite, si les prix des hydrocarbures stagnent à cause du développement des gaz et huile non conventionnels aux Etats-Unis, il sera plus difficile pour l’Allemagne d’avoir un secteur des renouvelables compétitif. Une partie de la réussite allemande reposait sur le fait que le prix des énergies fossiles allait exploser. Si l’exploitation des gaz de schiste repousse cette perspective de 20 ou 30 ans, il sera compliquer de faire un virage à 180 degrés.

L'Edito de Fabien Gaudineau

26 Septembre 2014 , Rédigé par M.C. Publié dans #Le Club de Montaigu

L'Edito de Fabien Gaudineau

L'Activité de Maraude et de Veille Sociale

Les actions des Lions nous portent à venir au secours de nombreuses populations dans de nombreux pays, au travers d'associations ou d'institutions diverses, et ces actions sont évidemment utiles et nécessaires.

Néanmoins nous ne devons pas en oublier pour autant la misère qui sévie à notre porte, car nombre de nos concitoyens vivent dans des conditions inhumaines, et ce dans les rues de nos villes.

L'opportunité m'est donnée à travers cet édito d'attirer l'attention sur ces personnes qui consacrent leur vie à leurs venir en aide, aux Services de Maraude et de Veille Sociale. Ils ont pour mission d'aller à la rencontre de ces populations en situation de grande précarité, vulnérables, sans logement fixe, de créer et de maintenir des liens avec elles.

Ceci passe à travers des interventions dans la rue, dans les squats, afin d'établir des contacts, de nouer des relations, et tout en conservant son rôle d'acteur à chaque personne, l'orienter vers des dispositifs de droit commun.

Les problématiques rencontrées sont récurrentes : absence de logement, absence de ressources, difficultés d'accès à l'hygiène, absence de couverture médicale, problématiques sanitaires, addictions multiples, troubles psychiatriques ...

Les solutions sont multiples et adaptées aux publics concernés :

• L'hébergement d'urgence concerne les hommes majeurs et offre des solutions temporaires via des nuitées, un accès aux soins et aux premières nécessités (restauration, vestiaire, bagagerie). Le but est de faciliter et de soutenir l'accès à l'hébergement, voir à un logement plus pérenne.

• Les maisons Relais (Pension de Famille) offrent une solution de logement plus stable (propre et sécurisant) sans limite de temps à des hommes et des femmes majeurs ayant de faibles ressources et un parcours locatif chaotique couplé d'un grand isolement familial et social.

• Le propos est que le résident reste au centre de son parcours de vie et réapprenne les actes de la vie quotidienne, développe son autonomie et se réapproprie son corps et son image. Il peut ainsi à travers ce premier pas, renouer avec les modalités du « vivre ensemble », avec la convivialité et reprendre ainsi une place de citoyen au sein de la cité.

Les Lions ont un but commun avec ces hommes et ces femmes : faire de nos villes, de nos pays, de notre monde un endroit plus juste, ou les plus favorisés doivent se sentir responsables des plus démunis.

Ces valeurs d'humanisme que nous portons, les travailleurs sociaux en font leur vocation ...
Ce texte est paru dans notre dernière “Lettre mensuelle” dans laquelle est publié chaque mois “l’Edito” ou le “Point de vue” d’un Lion. Il n’engage pas le club et n’est que l’expression de celui qui l’écrit.
Pour consulter la Lettre du mois cliquez sur le lien "PDF" ci-après :

Transfert d'Hubert Juvin

15 Septembre 2014 , Rédigé par M.C. Publié dans #Le Club de Montaigu

Dimanche 14 septembre, notre Président et moi-même étions invités à « La Cave des Rochettes ». En effet, Hubert JUVIN et son épouse Cathy avaient organisé une journée très conviviale avec leurs amis Lions du Lions Club de Niort Donjon.

C’était pour Hubert le passage entre Niort et Montaigu, le symbole d’un engagement de 9 ans à Niort Donjon qui allait perdurer en intégrant notre Club. (voir le détail du cv d’Hubert ci-contre.) Nous sommes très heureux de les accueillir dans notre belle famille montacutaine !

Nos deux Présidents ont échangé leurs fanions et ainsi scellé cette belle rencontre. Après le déjeuner (et quelques bouteilles) nous sommes persuadés que Christophe et Valérie ont fait le bon choix, nous permettant ainsi de développer nos effectifs avec un membre de qualité. « In vino véritas » bien sûr. (« Dans le vin la vérité » Pline l’Ancien…).

Philippe Sablereau

Transfert d'Hubert Juvin Transfert d'Hubert Juvin
Transfert d'Hubert Juvin Transfert d'Hubert Juvin

La voiture, témoin des changements technologiques

10 Septembre 2014 , Rédigé par Jean Baptiste Noé Publié dans #Lu pour vous

La voiture, témoin des changements technologiques, Jean-Baptiste Noé (l'Opinion vendredi 22 août)

Jean Fourastié faisait déjà remarquer à quel point les Français, obnubilés par les crises, n’arrivent pas toujours à prendre conscience des changements technologiques heureux survenus dans leur vie.

Les vacances d’été et les grandes migrations routières qui les accompagnent, permettent de se souvenir de ce qu’était la voiture il y a une vingtaine d’années, et ainsi de prendre conscience des changements technologiques majeurs qu’elle a connus. Qui se souvient encore que dans les années 1990 il fallait retirer l’autoradio de la voiture quand on la garait, de peur que celui-ci soit volé ?

Aujourd'hui, les radios sont vendues de série, et elles sont incrustées dans le tableau de bord, si bien qu’il ne vient plus à l’idée de les voler. Puis ce fut l’arrivée de la climatisation, au tournant des années 2000. D’abord rare, elle fut longtemps un produit d’appel pour les constructeurs qui proposaient des offres refroidies avant l’été. La climatisation est, à son tour, de série, si bien que l’on a perdu la notion d’un voyage d’été réalisé au sein d’un habitacle surchauffé.

La sécurité routière y a beaucoup gagné. Enfin, troisième innovation majeure, le GPS. Quel gain de temps, de sécurité aussi quand le conducteur solitaire n’a plus besoin de se contorsionner pour regarder la carte. Gageons que d’ici peu le GPS sera à son tour de série.

On pourrait poursuivre la liste en évoquant l’ABS, les airbags et la direction assistée ; et bien sur les vitres électriques et la fermeture centralisée des portes. Avancée technologique majeure aussi avec l’arrivée du téléphone dans les voitures. Autrefois limité à une élite, désormais tout le monde peut téléphoner en conduisant grâce à un kit mains libres souvent de série, qui permet de connecter son téléphone via Bluetooth.

À l’heure où l’on fête le centenaire de Louis de Funès, force est de constater que la DS, voiture de luxe et voiture phare des films de l’acteur, est aujourd'hui complètement obsolète comparée à la moindre voiture d’entrée de gamme.

On s’est tellement habitué à ces révolutions technologiques silencieuses qu’elles nous paraissent tout à fait normales. Aujourd'hui, pour réparer une voiture, il faut davantage être informaticien que mécanicien. La route sécurisée L’amélioration de la conduite est également visible dans les enrobés routiers. Les nouveaux matériaux utilisés, souvent issus de produits de synthèse dérivés du pétrole, permettent de construire des routes qui absorbent le bruit et les vibrations, et qui éliminent plus aisément l’eau en cas d’orage.

Admirez une autoroute sous une pluie violente : non seulement les essuie-glaces chassent l’eau avec une célérité remarquable, mais en plus la piste reste sèche, diminuant d’autant les risques d’aquaplaning. À cela s’ajoutent les progrès considérables apportés à la conception des pneus, véritable bijou technologique. Plus adhérent, repoussant l’eau, et bientôt increvable, le pneu est le compagnon ignoré des voyages sécurisés. La voiture attaquée Mais plus les voitures sont devenues sûres et écologiques, moins il y avait de morts sur les routes (16 545 morts en 1972, 3 250 en 2013), et plus le discours sur la voiture s’est transformé. Nous quittons là l’histoire technologique pour entrer dans le domaine de l’histoire des mentalités.

Autrefois célébrée comme un objet de liberté, la voiture est désormais attaquée et présentée comme un objet de mort. Ceux qui ont rêvé, dans leur enfance, avec James Dean et la route de Memphis, veulent désormais, devenus adultes, chasser la voiture de nos vies.

Au nom d’un écologisme mal compris, la voiture est systématiquement chassée des centres villes depuis une quinzaine d’années. Cela n’est pas sans conséquence géographique sur les territoires : en privant les villes de circulation, les entreprises et les activités s’installent en périphérie, provoquant une déflation économique des centres urbains. La parole de l’État se fait sournoisement moraliste : l’automobiliste est présenté comme un pollueur ou un assassin potentiel.

En quelques décennies, l’État a réussi à modifier le regard porté sur la voiture : elle n’est plus l’instrument de la liberté, mais le fardeau de celui qui ne peut répondre à l’injonction civique d’utiliser les transports en commun.

Conséquence de cette politique de destruction de l’automobile, la voiture haut de gamme est le seul secteur du luxe où la France n’est pas présente, alors qu’elle rayonne dans les parfums, la haute couture et le vin.

Et l’automobile, qui génère un emploi sur dix en France, connaît une longue déflation dont on ne voit pas comment elle pourrait en sortir. À moins que, de nouveau, le discours public reparle des victoires technologiques remportées par la voiture, et que le plaisir de conduire soit remis au centre des routes de l’été.

A propos Jean-Baptiste NOE Jean-Baptiste Noé est historien et écrivain, spécialisé dans l’histoire intellectuelle et la géopolitique. Rédacteur dans la revue Conflits, il anime également une émission consacrée à l’histoire sur Radio Espérance, et intervient régulièrement dans la revue en ligne Contrepoints. Il est membre du comité scientifique de la revue Food Geography, consacrée à l’histoire de l’alimentation et à la géographie alimentaire, et chargé de recherche à l’AEDES (Association de promotion des études diplomatiques et stratégiques). Professeur d’histoire au lycée Hautefeuille (92).

Les Lions du Club de Montaigu

8 Septembre 2014 , Rédigé par M.C. Publié dans #Membres du Club

Les Lions du Club de Montaigu

La Liste des membres du Club en 2014

Cette page est extraite de la Plaquette 2014 (mars) et n'est de ce fait pas à jour.

Cette page est extraite de la Plaquette 2014 (mars) et n'est de ce fait pas à jour.

Joe Preston, Président International 2014/2015

4 Septembre 2014 , Rédigé par M.C. Publié dans #Le Club de Montaigu

Joe Preston, Président International 2014/2015

Comme chaque année au 1er juillet toute la hiérarchie du Lions Club International change, de la présidence de chacun de nos clubs à celle du Lions International d’Oaks Brook. C’est la règle et malgré quelques tentatives pour la changer, cela n’a jamais abouti, et je pense que c’est très bien ainsi, tout du moins pour ce qui concerne les Présidences et les Gouvernorats.

En effet, si la durée de ces postes n’était pas limitée nous risquerions dans certains cas que des hommes ou des femmes tenteraient de se faire réélire à leur poste trop longtemps, même chez les Lions, la nature humaine est ainsi faite…. !

Notre Président international est donc Joe Preston, comme nous l’avons découvert dans la revue Lion, il nous vient de Dewey dans l’Etat de l’Arizona aux USA. Membre du Lions club de « Bradshaw Mountain, » il est Lion depuis 1974, il a exercé pendant 30 années la profession de gestionnaire de Park dans le commerce de l’automobile de la marque Ford. Comme chaque année à l’instar de ses prédécesseurs il nous délivre sa devise, pour lui ce sera : « Renforcer notre fierté » grâce au service ajoute-il.

La fierté d’être un Lion, je pense que tous ceux d’entre nous qui croient encore en quelque chose ou en tout cas au moins en l’homme (à notre époque ce n’est pas si évident !....) sont fiers d’être Lion et de contribuer au sein de nos clubs, donc avec des amis, à faire vivre la devise que nous a légué notre fondateur Melvin Jones « Nous Servons ».

Notre club qui entame sa 44ème année d’existence, a vu partir nombre de ses membres fondateurs (et pas seulement) depuis 2008.

Mais la bonne nouvelle c’est que depuis cette même date 9 nouveaux Lions nous ont rejoints et que les perspectives de recrutements prochains sont également optimistes. Nous avons la chance d’être dans un club où jusqu’à ce jour aucuns désaccords majeurs ne sont jamais apparus, depuis sa création.

La chance aussi que malgré des âges qui s’échelonnent de 38 à 94 ans, il n’y pas eu de confits de générations ! Au contraire il semble que ces différences se sont révélées être des atouts pour la cohésion et l’entente générale qui règne dans le club. Nous pouvons donc, je le pense, être fiers d’être Lions à Montaigu….

M.C

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog