Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le Blog du Lions Club de Montaigu

Articles récents

L'Ubérisation du Monde Chronique du Figaro par Luc Ferry du 4 février 2016

8 Février 2016 , Rédigé par Luc Ferry Publié dans #Lu pour vous

D’abord, évitons de confondre «ubérisation» et digitalisation. Ensuite, cessons d'affoler les foules en faisant croire que les innovations technologiques vont anéantir le travail salarié et la croissance.
En réalité, si de nombreuses tâches répétitives sont « digitalisables », il s'en faut de beaucoup que tous les métiers le soient. Pour le comprendre, précisons le sens de ces mots barbares, encore tout nouveaux dans le langage courant.
« Ubériser, ce n'est pas digitaliser, c'est mettre un bien privé sur le marché de particuliers à particuliers en court-circuitant les corporations de professionnels. C'est ce qui se passe avec Uber, ou encore avec Airbnb, des applications qui permettent de mettre sa voiture ou son appartement à la disposition d'un autre particulier moyennant finance. Cela, certes, est rendu possible grâce à des plateformes adossées à la révolution digitale, mais cette opération commerciale ne relève pas pour autant de la digitalisation à proprement parler.
En revanche, l'automatisation de certaines tâches en fait partie, par exemple, trier un fichier d'adresses, ce qu'une secrétaire faisait « à la main » il y a dix ou quinze ans encore, et que n'importe quel ordinateur accomplit aujourd'hui en moins d'une seconde.
Le métier de secrétaire disparaîtra-t-il pour autant ? Certainement pas. Bien entendu, nombre d'activités seront automatisées par la numérisation, mais plus rarement les métiers eux-mêmes.
Les secrétaires continueront d'exister, simplement, elles s'occuperont d'autre chose pendant que l'ordinateur les débarrassera de pensums mécaniques, du reste fastidieux et dépourvus d'intérêt.
Selon un rapport que McKinsey a consacré en novembre dernier à ces sujets, 45% des tâches pourront ainsi être automatisées dans un avenir proche, mais seulement 10 % des métiers, ce qui relativise de beaucoup les thèses à la mode sur la fin du travail.
Ce qui est probable, en revanche, c'est qu'un manque de formation et d'adaptation des individus au marché, associé à un déficit de flexibilité, créera sans cesse plus du chômage, comme c'est d'évidence le cas dans la France d'aujourd'hui.
Pour autant, le problème n'a rien ni de structurel, ni d'irréversible, et si nos gouvernants avaient eu le courage de prendre les bonnes décisions durant les dix dernières années, la France serait dans le lot commun des pays européens qui ont réussi à régler la question, comme l'indiquent les chiffres d'Eurostat.
Ni Uber, ni les robots ne sont donc près de détrôner Schumpeter.
Comme le grand économiste l'avait compris, la logique du capitalisme est d'abord celle de la « destruction créatrice ».
En d'autres termes, ce sont les innovations technologiques qui tirent la croissance, ce sont elles qui nous tentent par des produits nouveaux, mais qui, au passage, détruisent aussi des emplois « dépassés », le pari étant que ces derniers seront remplacés par d'autres, créés justement par les innovations.
Pour ceux qui sont attachés au monde ancien, comme c'est le cas des taxis aujourd'hui, la logique de l'innovation et de la concurrence apparaît inévitablement comme insupportable.
De là les révoltes qui ont toujours accompagné le progrès technique, depuis les luddites anglais de 1811 jusqu'à nos taxis en passant par les canuts lyonnais de 1831, ces ouvriers tisserands qui s'en prenaient aux machines à tisser, qui les        « sabotaient » en y jetant leurs sabots pour les détraquer, parce que, de leur point de vue, elles ne faisaient que détruire leurs emplois.
L'innovation, qui est en soi une bonne chose, n'en était pas moins pour eux l'adversaire par excellence, le spectre du chômage. Peut-être créait-elle de nouveaux emplois (ne serait-ce que ceux des artisans qui allaient construire les machines), mais ils ne seraient pas pour eux, car ils demanderaient de toutes autres compétences, ne seraient pas forcément situés à proximité de leurs lieux de vie, etc.

Ceux qui, dans le processus de destruction créatrice, sont happés par le moment de la destruction ne peuvent donc pas être rassurés par l'évocation du second moment, celui de la création, puisqu'il ne leur est que très rarement destiné. Sans doute faut-il, d'un point de vue social, trouver des compensations pour les taxis.

Reste qu'interdire ou entraver Uber serait absurde du point de vue des chauffeurs comme des utilisateurs. Tous seraient gravement pénalisés par la disparition d'un service bien supérieur à celui qu'offre une corporation qui, protégée durant des années par une absence totale de concurrence, n'a su ni s'améliorer ni s'adapter.

Le Choix des articles de "Lu pour vous" est de ma responsabilité, il n'engage que moi et non l'ensemble de notre Club.  M.C.
Lire la suite

La France est une usine à fabriquer des fonctionnaires

8 Février 2016 , Rédigé par Thierry Benne IREF Europe Publié dans #Lu pour vous

La France est une usine à fabriquer des fonctionnaires Publié Par IREF Europe, le 27 janvier 2016 dans Fiscalité 8 vérités qui dérangent sur les fonctionnaires.
Par Thierry Benne.
Un article de l’IREF-Europe Lors de l’émission télévisée C dans l’Air du lundi 18 janvier dernier sur France 5, le professeur de finance Philippe Dessertine – membre du Haut Conseil des Finances Publiques et expert habituel de ces débats – a révélé que sur les deux dernières années, la France venait de créer 39% des nouveaux emplois publics de la zone euro, contre seulement 2,71% des emplois privés de la même zone. En deux chiffres, deux chiffres seulement, sont résumées tout à la fois les principales causes de nos échecs et notre incapacité à les surmonter. En effet, avec 66,6 millions de ressortissants, la population de la France représente à peine un peu moins de 20% de la population totale des 19 pays de la zone euro (environ 340 millions d’habitants). Et cette référence permet de s’apercevoir que, déjà plus que largement dotée, la France crée pratiquement deux fois plus (=39/20) d’emplois publics que la moyenne des autres pays de la zone euro, mais qu’à l’inverse elle génère à peine 14% ( =2,71/20, soit seulement un petit septième !) des emplois privés qu’elle devrait créer pour se situer simplement dans la moyenne européenne, qui inclut quand même des pays comme la Grèce, l’Espagne, le Portugal et l’Italie, plus durement touchés encore par le chômage.
L’analyse
Ceci confirme pleinement qu’en dépit de toutes les déclarations officielles, des statistiques abondamment revues ou biaisées, sur ces deux dernières années la France a continué à être une usine à fonctionnaires et autres emplois publics. Et en dehors de toute véritable croissance et alors que le pouvoir a récemment revu à la hausse la grille de rémunérations des agents des cadres B et C et qu’il s’apprête à renégocier en période électorale la valeur du point pour l’ensemble de la fonction publique, cette nouvelle et inquiétante dérive des effectifs de l’emploi public signifie inévitablement davantage de charges, davantage d’impôts et ceux-ci ne suffisant guère, davantage de déficit et au final davantage de dette publique. Et qu’on ne nous accuse pas de vouloir supprimer des soldats, des gendarmes ou des policiers, tout analyste sérieux sait que les trois fonctions publiques, et surtout la territoriale, regorgent de postes en doublons ou en sous-emploi manifestes et qu’une réorganisation sérieuse des services (les exemples pointés par la Cour des Comptes – horaires de travail notoirement inférieurs aux seuils légaux, absentéisme injustifié, auto-détermination des temps de travail etc.- sont légion, mais les intéressés s’arc-boutent naturellement sur de prétendus droits acquis pour s’opposer à tout changement) aboutirait à une compression non négligeable des effectifs.
Le second chiffre, celui des emplois privés, se trouve hélas parfaitement en ligne avec le premier : les entreprises, et surtout les PME, celles les plus porteuses dans le domaine de l’emploi, accablées de charges, d’impôts et de contraintes de tous ordres (fiscal, social, réglementaire etc) renoncent à embaucher, les incertitudes de leurs carnets de commande leur interdisant de prendre le risque de se heurter à de nouvelles contraintes (seuils de 10 et 50 salariés notamment, même « atténués ») ou de devoir se lancer en cas de crise dans des licenciements économiques mal maîtrisés et toujours hasardeux. D’ailleurs et presque comme en contre-épreuve, la plupart des grandes entreprises françaises quand elles croissent, se gardent bien pour la plupart de renforcer leurs effectifs français et préfèrent, et de loin, faire croître leur main d’œuvre étrangère, infiniment plus compétitive sur le plan des coûts et plus souple quant au droit applicable.
Par ailleurs, le développement et l’élargissement continu et accéléré de l’assistanat sous toutes ses formes ont achevé de convaincre trop de travailleurs peu qualifiés et qui hésitaient encore, que leurs ressources nettes d’impôts et de frais professionnels ne baisseraient guère, voire parfois même augmenteraient quelque peu, s’ils passaient par Pôle Emploi, s’y installaient durablement, voire même en prenant le risque d’aller jusqu’à la fin de droits, qui ne correspond pas toujours au dénuement qu’on pourrait croire, surtout si les aides alors perçues sont opportunément majorées de quelques menus travaux au noir. Enfin, le dernier cadeau de plusieurs centaines de millions d’euros fait par le pouvoir l’année dernière aux intermittents du spectacle, en dépit des mises en garde répétées de la Cour des comptes, a achevé de montrer comme la France savait se montrer généreuse envers un électorat remuant et sensible.
Tout ceci confirme malheureusement que malgré toutes les promesses, toutes les annonces, malgré aussi d’innombrables rapports, le carnet des réformes, des véritables réformes, celles qui modifient les comportements et les enjeux pour le bien du pays, est resté désespérément vide. À qui fera-ton croire, notamment sur le seul plan économique auquel ce propos se restreindra volontairement, que :
01 – les micro-réformes des retraites résolvent le problème récurrent de leur financement, alors qu’on a dû tirer un trait sur la garantie du pouvoir d’achat de la quasi-totalité des pensions salariées privées et que ce décrochage n’est peut-être pas aussi provisoire qu’annoncé puisque le Conseil d’Orientation des Retraites pris sous le feu des critiques ne cesse, de rapport en rapport et de lettre en lettre, d’aggraver et dégrader ses prévisions de croissance et de chômage ?
02 – la dépense publique a été maîtrisée quand elle a continué à caracoler quasi-librement en bénéficiant d’une incroyable mansuétude de la Commission européenne qui se laisse insolemment balader par la France depuis plus de trois ans sur les fronts réunis de la dépense, du déficit et de la dette ?
03 – le problème de notre fonction publique pléthorique, de son emploi à vie et de ses retraites ait seulement été esquissé, bien qu’il porte nos prélèvements obligatoires à des taux déraisonnables et à un niveau quasiment inégalé ailleurs ?
04 – l’Éducation Nationale, pourtant forte d’un million d’agents, parvient à instruire correctement nos enfants, alors qu’ils ne cessent de dégringoler dans la plupart des classements internationaux et qu’on s’aperçoit que devenus adultes, nombre de nos concitoyens éprouvent toujours de réelles difficultés à lire, écrire ou compter ?
05 – la réforme et la simplification du bulletin de paye ne passe pas par l’inscription en haut du bulletin du super-salaire qui représente le coût total que l’employeur accepte de débourser à raison du travail fourni, avant la déduction – mais cette fois au titre de charges purement ouvrières – de l’ensemble des cotisations, impôts et taxes que l’État et les organismes sociaux prélèvent sur les salaires ? Le net serait bien entendu le même, à ceci près que le salarié prendrait immédiatement conscience du coût de tout ce que son travail finance, ce qui aurait sans nul doute pour des millions de Français des vertus pédagogiques et d’éveil à la solidarité très supérieures à ce que l’Éducation Nationale enseigne (souvent très mal) de l’entreprise.
06 – nos droits de protection, comme le Code du travail ou la réglementation des loyers n’ont pas à force de complexité, de démagogie, de pointillisme et de surenchères dangereusement outrepassé leur rôle, au point de mettre directement en péril l’accès à l’emploi ou à la location des demandeurs qu’ils étaient censés favoriser ?
07 – on peut accroître inconsidérément notre dette publique, la gérer à la petite semaine, sans tenir compte de la détérioration constante de nos notations financières internationales, dont la sévérité est simplement retenue parce que notre pays a la réputation (guère usurpée d’ailleurs) de savoir lever efficacement l’impôt ?
08 – le Parlement peut continuer à voter sans réfléchir n’importe quelle loi fiscale, comme par exemple la nouvelle surtaxe foncière sur les terrains réputés à bâtir, sans même prendre la précaution de s’assurer des ravages qu’elle peut faire, des injustices patentes qu’elle peut créer, pour tenter ensuite en catastrophe et sous la pression des mécontentements de rogner a minima les abus les plus criants… N’importe quelle loi écologique aussi, comme pour les portiques Ecomouv, sans se soucier le moins du monde de sa mise en application et en reportant indûment sur l’automobiliste qui n’y peut mais une bonne partie du coût exorbitant (près d’un milliard d’euros quand même !) de son impéritie et de sa désinvolture.
Et la liste n’est évidemment pas close de toutes ces réformes indispensables évitées, écartées, reportées, dénaturées, mutilées, tout simplement parce que, face à la ligue des intérêts, des droits acquis et des conservatismes de tous ordres, le courage, la compétence et la constance sont devenus les vertus les plus rares qui soient dans un monde politique constamment obnubilé pour les élus par le seul souci de leur réélection, pour les autres par celui de leur reconduction ou de leur promotion.
Conclusion
Même s’ils sont perdus dans le flux de ces données qu’on nous baille quotidiennement et qui souvent nous saoulent, les deux chiffres cités en exergue mesurent l’écart abyssal qui existe entre nos créations d’emplois selon qu’ils sont publics ou privés. Ils dénoncent crûment une sorte d’incapacité culturelle nationale à créer de l’emploi marchand comme si, chez nous, l’emploi public phagocytait goulûment l’emploi privé. Ces marqueurs doivent donc être inlassablement rappelés au pouvoir, aux politiques, aux Français aussi. Car ces deux chiffres font partie de ces choses qu’en redisant sans cesse, on ne répète jamais assez. En affichant à la vue de tous le résultat de tous nos blocages, ils contiennent à eux seuls le résumé de presque tous nos problèmes et c’est un signal d’alerte rouge qu’on aurait tort de négliger.
Alors même qu’il échappe pour une fois à la manie des « pactes présidentiels » (sans doute parce qu’aucun d’entre eux ne s’est signalé par un véritable succès), même si cet ultime plan du pouvoir pour réduire le chômage, relancer enfin la croissance, desserrer le joug administratif qui contraint nos entreprises, avait par extraordinaire d’autres effets que de biaiser la lecture des statistiques du chômage, un immense effort resterait à faire pour le pays, afin qu’il retrouve enfin son dynamisme. Certes les charges publiques et sociales sont indispensables au fonctionnement de l’État et de nos collectivités territoriales et à celui de notre protection sociale. Mais ces charges ne doivent pas attenter par leur démesure et leur dérive incontrôlée au développement de notre économie, ni exposer la Nation à des risques inconsidérés de default. Surtout que l’alignement des planètes (euro faible + pétrole bon marché + taux d’intérêts infimes) tant vanté par le pouvoir pourrait fort bien se dérégler quelque peu et nous ramener beaucoup plus tôt que prévu à des réalités, qui seront d’autant plus dures que trop longtemps et trop imprudemment nous n’aurons pas voulu les voir.
 
Le Choix des articles de "Lu pour vous" est de ma responsabilité, il n'engage que moi et non l'ensemble de notre Cub.  M.C.
Lire la suite

Album Photos Soirée mixte Vins et Fromages du 22 janvier

5 Février 2016 , Rédigé par M.C. Publié dans #Albums

Photos de la soirée,(pardonnez mois svp  pour la qualité...) le texte sera dans la prochaine Lettre et sur le blog en même temps
Photos de la soirée,(pardonnez mois svp  pour la qualité...) le texte sera dans la prochaine Lettre et sur le blog en même temps
Photos de la soirée,(pardonnez mois svp  pour la qualité...) le texte sera dans la prochaine Lettre et sur le blog en même temps
Photos de la soirée,(pardonnez mois svp  pour la qualité...) le texte sera dans la prochaine Lettre et sur le blog en même temps
Photos de la soirée,(pardonnez mois svp  pour la qualité...) le texte sera dans la prochaine Lettre et sur le blog en même temps
Photos de la soirée,(pardonnez mois svp  pour la qualité...) le texte sera dans la prochaine Lettre et sur le blog en même temps
Photos de la soirée,(pardonnez mois svp  pour la qualité...) le texte sera dans la prochaine Lettre et sur le blog en même temps
Photos de la soirée,(pardonnez mois svp  pour la qualité...) le texte sera dans la prochaine Lettre et sur le blog en même temps
Photos de la soirée,(pardonnez mois svp  pour la qualité...) le texte sera dans la prochaine Lettre et sur le blog en même temps
Photos de la soirée,(pardonnez mois svp  pour la qualité...) le texte sera dans la prochaine Lettre et sur le blog en même temps

Photos de la soirée,(pardonnez mois svp pour la qualité...) le texte sera dans la prochaine Lettre et sur le blog en même temps

Album Photos Soirée mixte Vins et Fromages du 22 janvier
Album Photos Soirée mixte Vins et Fromages du 22 janvier
Album Photos Soirée mixte Vins et Fromages du 22 janvier
Album Photos Soirée mixte Vins et Fromages du 22 janvier
Album Photos Soirée mixte Vins et Fromages du 22 janvier
Album Photos Soirée mixte Vins et Fromages du 22 janvier
Album Photos Soirée mixte Vins et Fromages du 22 janvier
Album Photos Soirée mixte Vins et Fromages du 22 janvier
Album Photos Soirée mixte Vins et Fromages du 22 janvier
Album Photos Soirée mixte Vins et Fromages du 22 janvier
Album Photos Soirée mixte Vins et Fromages du 22 janvier
Philippe est vraiment en pleine forme, photos  fournies par Fabien

Philippe est vraiment en pleine forme, photos fournies par Fabien

Lire la suite

Un message Bill Gates au Lions du monde entier

2 Février 2016 , Rédigé par Bill Gates Publié dans #Le Lions Club International

Lire la suite

Patrick Guénec, notre ami s’en est allé

25 Janvier 2016 , Rédigé par M.C. Publié dans #Le Club de Montaigu

Patrick Guénec, notre ami s’en est allé
En ce funeste jeudi 14 janvier Patrick, terrassé par une maladie foudroyante a quitté ce monde laissant son épouse Marie-Sophie, ses enfants : Marine, Servane et Thibault ainsi que ses parents dans le chagrin et dans la peine et sans doute aussi dans le désarroi !
Pour nous, ses amis du Lions club de Montaigu c’est un « grand ami » que nous perdons, surtout pour ceux dont je fais partie, qui l’ont connu dès son entrée dans le club en 1995 et pour certains bien avant.
Patrick inspirait d’emblée la sympathie, la confiance et très rapidement au fil des mois et des ans… lorsqu’on le connaissait de plus près et que l’on découvrait « l’Homme » avec son intelligence, sa droiture son « humanité » et son attention aux autres ce qui n’excluait pas l’humour et l’amour de la vie, il devenait une « référence » quelqu'un vers qui aller pour parler.. tout simplement !
Pour moi, il fait partie de ces êtres humain dont on est heureux et fier d’avoir connu au cours de sa vie.
Patrick n’avait que 56 ans !
Né le 19 décembre 1959, après des études secondaires, il obtient un DEA des Affaires et un DESS Administration des entreprises, et il est recruté aussitôt par les Transports Joyau de Montaigu.
Henri Joyau créateur des Transports Joyau, l’avait en grande estime, il nous le disait aux uns et aux autres quand il parlait de lui.
Il passa plus de 30 ans de sa vie professionnelle chez Joyau, gravissant tous les échelons jusqu’à en devenir le Directeur général dans les dernières années.
Patrick aimait la mer et la navigation à voile entre autres passions, il aimait aussi les discussions, les échanges et la convivialité, ses amis Lions en ont été témoins au cours de ses 20 années de Lionisme.
Tous les Lions et Lionnes s’associent à la douleur de Marie Sophie de ses enfants et de leur famille et les assurent de toute leur amitié en ces moments si difficiles à vivre.
Au revoir Patrick, tes amis Lions ne t’oublieront pas et penseront et parleront longtemps de ces moments vécus en ta compagnie et celle de Marie Sophie lors des rencontres mixtes.
Huit Lions et sept Lionnes participaient à la sépulture de Patrick, ce fut une très belle cérémonie, où l’amitié portée à Patrick et à sa famille apparaissait de manière éclatante et émouvante ! M.C.
 Ci-dessous quelques photos en montage issues des archives du club évoquant Patrick, notamment de son année de Présidence du club, d’autres par unités dans la catégorie Albums sont visibles sur ce même Blog : http://www.lionsclubmontaigu85.com/ 
Patrick Guénec, notre ami s’en est allé
Lire la suite

Photos de Patrick et Marie Sophie Guénec des années 2000 à 2015

24 Janvier 2016 , Rédigé par M.C. Publié dans #Albums

Photos de Patrick et Marie Sophie Guénec des  années 2000 à 2015 et notamment de la présidence du Club de Patrick de 2001/2002
Photos de Patrick et Marie Sophie Guénec des  années 2000 à 2015 et notamment de la présidence du Club de Patrick de 2001/2002
Photos de Patrick et Marie Sophie Guénec des  années 2000 à 2015 et notamment de la présidence du Club de Patrick de 2001/2002
Photos de Patrick et Marie Sophie Guénec des  années 2000 à 2015 et notamment de la présidence du Club de Patrick de 2001/2002
Photos de Patrick et Marie Sophie Guénec des  années 2000 à 2015 et notamment de la présidence du Club de Patrick de 2001/2002
Photos de Patrick et Marie Sophie Guénec des  années 2000 à 2015 et notamment de la présidence du Club de Patrick de 2001/2002
Photos de Patrick et Marie Sophie Guénec des  années 2000 à 2015 et notamment de la présidence du Club de Patrick de 2001/2002
Photos de Patrick et Marie Sophie Guénec des  années 2000 à 2015 et notamment de la présidence du Club de Patrick de 2001/2002
Photos de Patrick et Marie Sophie Guénec des  années 2000 à 2015 et notamment de la présidence du Club de Patrick de 2001/2002
Photos de Patrick et Marie Sophie Guénec des  années 2000 à 2015 et notamment de la présidence du Club de Patrick de 2001/2002
Photos de Patrick et Marie Sophie Guénec des  années 2000 à 2015 et notamment de la présidence du Club de Patrick de 2001/2002
Photos de Patrick et Marie Sophie Guénec des  années 2000 à 2015 et notamment de la présidence du Club de Patrick de 2001/2002
Photos de Patrick et Marie Sophie Guénec des  années 2000 à 2015 et notamment de la présidence du Club de Patrick de 2001/2002
Photos de Patrick et Marie Sophie Guénec des  années 2000 à 2015 et notamment de la présidence du Club de Patrick de 2001/2002
Photos de Patrick et Marie Sophie Guénec des  années 2000 à 2015 et notamment de la présidence du Club de Patrick de 2001/2002
Photos de Patrick et Marie Sophie Guénec des  années 2000 à 2015 et notamment de la présidence du Club de Patrick de 2001/2002
Photos de Patrick et Marie Sophie Guénec des  années 2000 à 2015 et notamment de la présidence du Club de Patrick de 2001/2002
Photos de Patrick et Marie Sophie Guénec des  années 2000 à 2015 et notamment de la présidence du Club de Patrick de 2001/2002
Photos de Patrick et Marie Sophie Guénec des  années 2000 à 2015 et notamment de la présidence du Club de Patrick de 2001/2002
Photos de Patrick et Marie Sophie Guénec des  années 2000 à 2015 et notamment de la présidence du Club de Patrick de 2001/2002
Photos de Patrick et Marie Sophie Guénec des  années 2000 à 2015 et notamment de la présidence du Club de Patrick de 2001/2002
Photos de Patrick et Marie Sophie Guénec des  années 2000 à 2015 et notamment de la présidence du Club de Patrick de 2001/2002
Photos de Patrick et Marie Sophie Guénec des  années 2000 à 2015 et notamment de la présidence du Club de Patrick de 2001/2002
Photos de Patrick et Marie Sophie Guénec des  années 2000 à 2015 et notamment de la présidence du Club de Patrick de 2001/2002
Photos de Patrick et Marie Sophie Guénec des  années 2000 à 2015 et notamment de la présidence du Club de Patrick de 2001/2002
Photos de Patrick et Marie Sophie Guénec des  années 2000 à 2015 et notamment de la présidence du Club de Patrick de 2001/2002
Photos de Patrick et Marie Sophie Guénec des  années 2000 à 2015 et notamment de la présidence du Club de Patrick de 2001/2002
Photos de Patrick et Marie Sophie Guénec des  années 2000 à 2015 et notamment de la présidence du Club de Patrick de 2001/2002

Photos de Patrick et Marie Sophie Guénec des années 2000 à 2015 et notamment de la présidence du Club de Patrick de 2001/2002

Lire la suite

Apéritif du 14 Janvier chez Isabelle et Philippe Sablereau

24 Janvier 2016 , Rédigé par M.C. Publié dans #Le Club de Montaigu

Apéritif du 14 Janvier chez Isabelle et Philippe Sablereau
Début de soirée morose en ce jeudi de janvier, en effet, nous venions d’apprendre le décès de notre ami Patrick Guénec, par Marie-Sophie son épouse qui m’avait téléphoné à la maison.
Ce fut la stupeur, car en effet nous ne le savions pas souffrant ! D’après les informations que m’a donné Marie-Sophie il souffrait d’un cancer de type foudroyant qui avait été diagnostiqué début novembre, il semble cependant que c’est un AVC qui l’a emporté ce jeudi 14 janvier.
Patrick était Lion depuis 1995, il y a 20 ans. Pour ceux qui le connaissaient bien c’était un homme d’une grande rigueur morale et intellectuelle et un « humaniste » de conviction.
Nous perdons un ami de grande valeur. Je publierai dans la prochaine Lettre un article sur son parcours de Lions, mais aussi de grand professionnel du transport qu’il fut pendant très longtemps chez Joyau à Montaigu.
La réunion s’est ensuite déroulé normalement (la vie continue..) et Fabien à déroulé son programme du jour :
1. Dépistage du diabète, (acte 3 ou 4….) la date est finalement fixée au samedi 23 avril Alain Mandikian a pris un rendez-vous avec M. Brosset Directeur du Super U de Boufféré afin de prévoir l’organisation de cette journée qui, rappelons-le se déroulera dans le hall de du supermarché. Une dizaine de Lions seront nécessaire pour le bon déroulement de la manifestation.
2. Jean-Yves Picot à fait le point sur l’avancement de la collecte d’encarts publicitaires pour la plaquette 2016 : 39 encarts pour 6 360 €, il semble que ce soit à peu près comme les années précédentes, mais il faut que chacun d’entre nous se sente concerné par la recherche d’entreprises partenaires car, ne l’oublions pas cette opération est à la base de l’essentiel de nos ressources annuelles.
3. Vincent Jaunet, responsable de la commission des effectifs a énuméré un certain nombre de « candidats potentiels ».. susceptibles de rejoindre notre club, nous comptons donc sur la commission pour avancer, car cela devient vraiment urgent !
4. Dans ce même domaine Fabien a rappelé (une fois de plus..) que nous n’avons toujours pas de Président 2016/2017 déclaré, même chose pour le Secrétaire de cette même année, le temps presse en effet !
Fin de soirée conviviale malgré tout, mais en ayant tout au fond de nous-même ce malaise et cette tristesse après l’annonce du départ si rapide et si brutal de Patrick. Merci à Isabelle et Philippe pour leur accueil ce soir-là.
M.C.
Apéritif du 14 Janvier chez Isabelle et Philippe Sablereau
Lire la suite

Philippe Pallard nous a quitté le 16 décembre

24 Janvier 2016 , Rédigé par M.C. Publié dans #Le Club de Montaigu

Philippe Pallard nous a quitté le 16 décembre
Philippe était Lions depuis 1975, il avait seulement 34 ans quand il a été intronisé, parrainé par notre ami Armand Gouraud alors Directeur du CIO de Clisson. Il avait repris quelques années avant l’entreprise Pallard détenue par sa famille (ses parents et un oncle à ce moment-là) depuis plusieurs générations (informations d’Armand Gouraud).
Le métier initial était la vente de fer aux forgerons, maréchaux-ferrants et autres métiers voisins, surtout avant la guerre de 14/18.
L’avènement de l’automobile et donc des camions avait quelque peu tari cette filière dans les années 20 et 30 il fallut trouver d’autres activités, ce fut d’abord la distribution de charbon, puis le gas-oil après la dernière guerre de même que la quincaillerie professionnelle.
Philippe avait ensuite considérablement réorienté son entreprise vers la fournitures d’outils et de services aux entreprise, ce fut d’ailleurs une vraie réussite à mettre à son crédit.
Philippe était marié à Annette, ils eurent 2 enfants : Pascale et François qui leurs donnèrent trois petits enfants : pour Pascale 2 garçons et François 1 petite fille.
Philippe et Annette apportaient lors de nos réunions mixtes leur dynamisme et leur joie de vivre ! Ils aimaient intensément la vie… qui hélas leur a été enlevée beaucoup trop tôt.
En effet après la retraite de Philippe ils purent en profiter quelques années, mais malheureusement assez vite la maladie atteignit Annette, et parallèlement Philippe eut la malchance de subir un accident de chasse et dût être amputé de la partie inférieure d’une de ses jambes ! Il surmonta vaillamment ce handicap, mais quelque temps plus tard, après avoir bataillé tous les deux, la maladie, finit par emporter Annette !
De ce jour Philippe ne fût jamais plus le même ! Il était bien sûr soutenu par ses enfants et sa famille et par des amis indéfectibles tels Louis et Brigitte qui l’entourèrent de leur chaleureuse amitié.
Il avait cependant, au bout d’un certain temps repris une vie active : la fréquentation de ses amis, la participation à la vie du club, la chasse, des voyages etc..
De plus il séjournait assez souvent dans sa maison de Pornic où il pratiquait la pêche et naviguait sur son bateau avec des amis Il y a quelque temps il fut atteint à son tour d’une première pathologie qui ne l’empêchait pourtant pas de participer à nos soirées et de vivre à peu près normalement.
Puis le sort s’acharnant décidément contre lui, ce fut le déclenchement d’une maladie foudroyante qui l’emporta en quelques semaines, il est décédé ce 16 décembre 2015 !
Au revoir Philippe tu nous laisse le souvenir d’un ami chaleureux et joyeux et pour ceux qui ont connu Annette le souvenir d’un couple qui aimait la vie, c’est ainsi que nous penserons à vous désormais.
J’ai mis sur le Blog quelques photos retrouvées dans les archives où vous retrouverez non seulement Philippe et Annette, mais d’autres amis également disparus, les photos de Philippe et Annette du montage ci-dessous ont été prises sur ces mêmes clichés. Les photos individuelles sont dans la catégorie Albums. M.C
Philippe Pallard nous a quitté le 16 décembre
Lire la suite

Photos de la réunion du 14 janvier chez Isabelle et Philippe Sablereau

15 Janvier 2016 , Rédigé par Frédéric Guiot Publié dans #Albums

22 Lions participaient à cette soirée, ce qui est remarquable.
22 Lions participaient à cette soirée, ce qui est remarquable.
22 Lions participaient à cette soirée, ce qui est remarquable.
22 Lions participaient à cette soirée, ce qui est remarquable.
22 Lions participaient à cette soirée, ce qui est remarquable.
22 Lions participaient à cette soirée, ce qui est remarquable.
22 Lions participaient à cette soirée, ce qui est remarquable.
22 Lions participaient à cette soirée, ce qui est remarquable.
22 Lions participaient à cette soirée, ce qui est remarquable.
22 Lions participaient à cette soirée, ce qui est remarquable.
22 Lions participaient à cette soirée, ce qui est remarquable.
22 Lions participaient à cette soirée, ce qui est remarquable.

22 Lions participaient à cette soirée, ce qui est remarquable.

Lire la suite

Photos archives du début des années 2000

13 Janvier 2016 , Rédigé par M.C. Publié dans #Albums

Photos retrouvées dans mes archives en cherchant des souvenirs d'Anette et Philippe Pallard, elles sont du début des années 2000
Photos retrouvées dans mes archives en cherchant des souvenirs d'Anette et Philippe Pallard, elles sont du début des années 2000
Photos retrouvées dans mes archives en cherchant des souvenirs d'Anette et Philippe Pallard, elles sont du début des années 2000
Photos retrouvées dans mes archives en cherchant des souvenirs d'Anette et Philippe Pallard, elles sont du début des années 2000
Photos retrouvées dans mes archives en cherchant des souvenirs d'Anette et Philippe Pallard, elles sont du début des années 2000
Photos retrouvées dans mes archives en cherchant des souvenirs d'Anette et Philippe Pallard, elles sont du début des années 2000
Photos retrouvées dans mes archives en cherchant des souvenirs d'Anette et Philippe Pallard, elles sont du début des années 2000
Photos retrouvées dans mes archives en cherchant des souvenirs d'Anette et Philippe Pallard, elles sont du début des années 2000
Photos retrouvées dans mes archives en cherchant des souvenirs d'Anette et Philippe Pallard, elles sont du début des années 2000
Photos retrouvées dans mes archives en cherchant des souvenirs d'Anette et Philippe Pallard, elles sont du début des années 2000
Photos retrouvées dans mes archives en cherchant des souvenirs d'Anette et Philippe Pallard, elles sont du début des années 2000
Photos retrouvées dans mes archives en cherchant des souvenirs d'Anette et Philippe Pallard, elles sont du début des années 2000
Photos retrouvées dans mes archives en cherchant des souvenirs d'Anette et Philippe Pallard, elles sont du début des années 2000

Photos retrouvées dans mes archives en cherchant des souvenirs d'Anette et Philippe Pallard, elles sont du début des années 2000

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>