Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le Blog du Lions Club de Montaigu

Articles récents

L'Edito de Jean Marquet

19 Février 2015 , Rédigé par M.C. Publié dans #Le Club de Montaigu

L'Edito de Jean Marquet

La tolérance est-elle une vertu ?

En ces périodes troublées peut-on se poser la question ? : Ce n’est pas un don, qui lui est inné, la vertu ne l’est jamais. Elle est le résultat d’un travail moral, intellectuel et culturel. C’est d’ailleurs ce qui confère à la vertu sa caractéristique humaine ; il n’est point d’animaux vertueux il n’est point d’animaux tolérants ; en revanche la défense de leur territorialité est une des manifestations de leur intolérance spontanée. Au commencement en effet était l’intolérance. L’intolérance c’est de ne pas accepter qu’un autre puisse avoir une idée différente de la sienne ; c’est exiger que l’autre ait, de gré ou de force, les mêmes idées que soit même. Fondamentalisme, intégrisme sont des positions théoriques qui présupposent une doctrine. L’intolérance au contraire se situe au-delà de toute doctrine, elle a des racines biologiques qui se fondent sur des réactions émotionnelles primaires. On n’aime pas ceux qui sont différents de nous, qui ont une couleur de peau différente, qui parlent une langue différente… Nous n’aimons pas en fait ceux qui sont différents de nous parce que nous en avons peur. Au départ l’intolérance est un sentiment défensif. De même, les religions ont été de tous temps au cœur de l’intolérance, en particulier les religions monothéistes. En effet ces religions visent à affirmer l’existence d’un Dieu unique, absolu et qui peut être assimilé à la Vérité unique. Si l’intolérance est naturelle et spontanée, la tolérance est au contraire une attitude de principe, construite et artificielle au sens positif du terme. Il faut que je me raisonne, que je me force pour tolérer ce qui a d’abord pu me paraître étrange ou repoussant chez autrui. La tolérance est le résultat d’un effort sur soi. En revanche il faut des limites à la tolérance, ne serait-ce que par des règles posées par les hommes et les sociétés. Elles sont l’application du bon vieux principe moral selon lequel la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres. La tolérance est inscrite à présent dans la Déclaration des droits de l’Homme qui stipule « l’éducation doit favoriser la compréhension, la tolérance et l’amitié entre toutes les nations ou tous les groupes raciaux ou religieux ». Selon Koffi Annan qui fut secrétaire des Nations Unies : « La tolérance est une vertu qui rend la paix possible », une vertu à condition bien sûr d »être assortie de limites. Je citerai quand même Claudel qui disait : « La tolérance, il y a des maisons pour cela… »………….. A chacun de faire son opinion. Amitiés à tous.
Ce texte est paru dans notre dernière “Lettre mensuelle” dans laquelle est publié chaque mois “l’Edito” ou le “Point de vue” d’un Lion. Il n’engage pas le club et n’est que l’expression de celui qui l’écrit. Pour consulter la Lettre du mois cliquez sur le lien "PDF" ci-après :

Apéritif du 5 février chez Nadine et Yannick Baudry

18 Février 2015 , Rédigé par M.C. Publié dans #Le Club de Montaigu

Pour l’Apéritif de ce mois de février, rendez-vous était pris chez Nadine et Yannick Baudry, avec une semaine d’avance. Quinze Lions étaient présents pour cette très sympathique soirée (d’après mes informations.. n’ayant pas pu m’y rendre..).Tous les sujets « brulants » du moment ont été abordés :
Plaquette, il y a urgence à accélérer la recherche de d’encarts publicitaires,
Soirée Anniversaire, là aussi il est important de s’assurer de la présence du plus grand nombre de nos amis et relations pour ce rendez-vous crucial de notre année Lions. Etc….
Puis ce fut la partie conviviale qui, comme chacun s’en doute chez « les Baudry » a été très chaleureuse et bien pourvu en nourritures et boissons diverses et de qualité M.C.
Apéritif du 5 février chez Nadine et Yannick Baudry

Soirée vins du 23 janvier par Jacques Mothais

14 Février 2015 , Rédigé par M.C. Publié dans #Le Club de Montaigu

Notre traditionnelle Soirée Vins de janvier

Une faible participation, nous étions seulement 16 Lions accompagnés par 12 épouses pour accueillir les 6 Lions du club de la Roche Sur Yon et Dominique Chervet du club des Herbiers, ainsi que Marcel Poitras venu en voisin nous parler d’un voyage au Canada.
Les concours très bien organisés par nos amis Hubert et Cathy Juvin avec la complicité de Fred et Maurice, nous ont permis de déguster des vins et fromages du Sud-Ouest et Midi-Pyrénées.
Nous avions à reconnaître 4 vins rouges : I.G.P Périgord domaine Ter Raz- Madiran domaine Meinjarre- Bergerac domaine le Fagé- Gaillac domaine Clément Termes.
Nous devions également trouver le cépage d’un vin blanc du Gers ainsi que son taux de sucre résiduel.
Pour les fromages il fallait mettre le bon numéro en face de chacune des variétés suivantes : Mille trous d’Ariège (vache et chèvre) - Pyrénées de brebis - Carayac (brebis)- Ecir d’Aubrac (vache).
Après le discours du président, nous rappelant de nous activer pour la collecte du maximum de pubs pour la plaquette et la relance de nos invités pour la soirée, un diner très sympathique nous fut servi et se déroula dans une très bonne convivialité.
Notre jury ayant dépouillé les résultats des concours et délibéré, il fut procédé à la distribution des prix. Se sont distingués :
• Bernard Gourmaud pour les vins (un récidiviste),
• Jacques Mothais pour les fromages,
• Bernard Nicolas du club de la Roche Sur Yon pour l’ensemble des concours (un récidiviste également il avait gagné il y a une vingtaine d'années)
En fin de repas, Marcel Poitras nous a présenté le programme du voyage prévu au Canada entre mai et octobre 2016, les personnes intéressées peuvent le contacter directement.
Jacques Mothais
Soirée vins du 23 janvier par Jacques Mothais
Soirée vins du 23 janvier par Jacques Mothais

Par-delà le visible

11 Février 2015 , Rédigé par M.C. Publié dans #Lu pour vous

Par-delà le visible

Le vrai visage de la réalité Yann Verdo

Les Echos / Le 06/02/2015
La réalité du monde physique et la gravité quantique Les épousailles du continu et du discret La quête ultime de la physique fondamentale tient en deux mots : « gravité quantique ».
De quoi s'agit-il ? D'une synthèse théorique qui réconcilierait et allierait en un tout les deux piliers de la physique moderne, la relativité générale, qui a pour objet la gravité, et la mécanique quantique, qui traite de tout le reste. Depuis Einstein lui-même, les physiciens s'échinent à accorder ces deux visions du monde.
En ce début du XXIe siècle, deux théories, toutes deux incomplètes, sont en compétition dans cette course au syncrétisme : d'un côté, les innombrables versions de la théorie des cordes ; de l'autre, la gravité quantique à boucles. C'est cette merveilleuse aventure intellectuelle que nous raconte Carlo Rovelli, l'un des grands noms de cette dernière.
D'être à la fois juge et partie ne l'empêche pas de signer un ouvrage extrêmement élégant, remarquablement clair, ponctué d'incursions inspirées dans le domaine des lettres - le paragraphe expliquant comment Dante a préfiguré Einstein est à lui seul un morceau de bravoure.
L’Opinion de l’éditeur : Pionnier dans l'étude de la gravité quantique, Carlo Rovelli propose dans ce livre une vaste fresque des grandes avancées de la physique. Des atomes de Démocrite aux "atomes d'espace", de la chaleur des trous noirs aux hypothèses sur le rôle de l'information dans notre perception de la réalité, il nous guide, sans aucune équation, sur le fascinant chemin des grandes théories - physique quantique, relativité générale - qui ont changé notre vision du monde et nous ont dévoilé, par-delà le visible, une autre réalité. Atomes, quanta et espace-temps courbe mènent le lecteur vers l'étrange image du réel suggérée par la physique d'aujourd'hui : celle d'un monde sans espace ni temps, ni énergie. Seulement un fourmillement probabiliste de quanta élémentaires qui, dans leur danse folle, dessinent l'espace, le temps, la matière et la lumière. C'est la trame d'un nouveau regard sur la réalité qui se révèle sous la plume d'un merveilleux conteur.
N.B. Quelques clés pour comprendre (un peu…) les découvertes extraordinaires des chercheurs de notre Temps !! M.C.

Yann Verdo *Carlo Rovelli Editions Odile Jacob, 259 pages 23,90 euros.

Soirée Vins et Fromages du 23 janvier, toutes les photos,

10 Février 2015 , Rédigé par M.C. Publié dans #Albums

Page 1Page 1
Page 1Page 1
Page 1Page 1
Page 1Page 1Page 1

Page 1

Page 2Page 2
Page 2Page 2
Page 2Page 2
Page 2Page 2Page 2

Page 2

Page 3Page 3
Page 3Page 3
Page 3Page 3
Page 3Page 3Page 3

Page 3

Page 4Page 4
Page 4Page 4
Page 4Page 4
Page 4Page 4Page 4

Page 4

Page 5Page 5
Page 5Page 5
Page 5Page 5
Page 5Page 5Page 5

Page 5

Page 6Page 6
Page 6Page 6
Page 6Page 6Page 6

Page 6

A propos du réchauffement climatique

10 Février 2015 , Rédigé par M.C. Publié dans #Lu pour vous

Et si « l’innovation » était une des clés pour limiter le réchauffement climatique ?

Benoit Georges / les Echos du 05/02 à 06:00

Et si le moyen le plus efficace de lutter contre le changement climatique était d'encourager les initiatives d'entreprises pour réduire les émissions de CO2 ?
C'est le parti pris du rapport « Transition through innovation », qui sera remis aujourd'hui au secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, par l'ONG R20-Régions pour le climat.
Rédigé par l'Observatoire du long terme et le cabinet de conseil en stratégie CVA, le document distingue des solutions présentant toutes les mêmes caractéristiques : être innovantes (c'est-à-dire, selon l'étude, « suffisamment nouvelles pour pouvoir être déployées à large échelle »), contribuer à une réduction des gaz à effet de serre et, surtout, être « abordables », c'est-à-dire compétitives par rapport aux équivalents déjà sur le marché.
Le rapport recense au total 35 innovations, provenant principalement de grands groupes (EDF, GE, Toyota, Coca-Cola...), mais aussi de start-up. Les motos électriques du chinois Zeromotorcycles y côtoient la capture et le stockage de CO2 par Alstom, les verres électrochimiques de Saint-Gobain ou les obligations « vertes » de CDC Climat et Citi. Selon les auteurs, toutes ces actions, si elles étaient mises en place au niveau mondial, contribueraient à réduire de 2 gigatonnes (Gt) les émissions de gaz à effet de serre à l'horizon 2020, sur un total d'environ 50 Gt émis par l'homme au niveau mondial.

Photos des Lions de Montaigu

22 Janvier 2015 , Rédigé par M.C. Publié dans #Albums

Nous sommes en réalité 35 membres, il manque les photos des 4 derniers Lions intronisés récemment nous les ajouterons dès que possible.
Nous sommes en réalité 35 membres, il manque les photos des 4 derniers Lions intronisés récemment nous les ajouterons dès que possible.
Nous sommes en réalité 35 membres, il manque les photos des 4 derniers Lions intronisés récemment nous les ajouterons dès que possible.
Nous sommes en réalité 35 membres, il manque les photos des 4 derniers Lions intronisés récemment nous les ajouterons dès que possible.

Nous sommes en réalité 35 membres, il manque les photos des 4 derniers Lions intronisés récemment nous les ajouterons dès que possible.

La Manifestation du 11 Janvier et les Lions

19 Janvier 2015 , Rédigé par M.C. Publié dans #Le Club de Montaigu

Nous venons de vivre en ce dimanche 11 janvier un moment exceptionnel, le rassemblement de millions de Français auxquels s’étaient joints  d’abord des Européens mais aussi  des responsables Africains et Moyen Orientaux et d’autres (pas tous démocrate.. sans doute.. mais tous attachés à la France) de toutes croyances politiques et religieuses.
C’est sans précédent depuis bien longtemps et en tout cas depuis la libération de 1945 !

Il semble qu’au moins le temps de quelques heures, notre peuple a su se rebeller et faire front contre le terrorisme en « faisant fi » de ses querelles partisanes !

C’est réconfortant, mais ne nous y trompons pas cela ne durera pas, en effet, nos différences concernant les solutions « urgentes » à apporter pour résoudre les graves problèmes économiques et sociaux qui minent notre pays sont trop importantes ! Il faudra donc trancher et en démocratie ce sont les électeurs qui décident.

Il faut bien comprendre que la démocratie ce n’est pas  « l’unanimisme »,  et donc croire que ces rassemblements  seraient suivis d’une sorte de « Gouvernement de Salut publique » serait une utopie  et sans doute une erreur,  nous ne sommes pas en guerre, heureusement, enfin pas encore  !

En revanche que les partis et mouvements politiques (après élection, ce qui assurerait  à la majorité sortie des urnes de garder la main)  puissent discuter et trouver le moyen de s’entendre sur un projet fédérateur permettant de  réformer l’essentiel de nos insuffisances économiques et sociales seraient sans doute une bonne chose ! Les Allemands et les Anglais l’ont fait (et bien d’autres), pourquoi pas nous ?

Il suffit que les uns et les autres laissent leurs « idéologies » au vestiaire, c’est sans doute un « vœu » pieux » et j’y ai été longtemps hostile, mais je crois que nous sommes à un tournant historique, nos modes de vie… et peut-être notre civilisation...sont en jeu, alors pourquoi ne pas s’entendre sur l’essentiel ?  !

Il convient donc devant ce « nouvel horizon » pour les uns et les autres d’accepter de prendre des mesures qui écornent quelque peu nos « modes de pensée »  qui parfois sont ancrées en nous depuis notre enfance, et depuis des générations ! !

Pour nous les Lions  qui sommes engagés depuis bientôt 100 ans  à « Servir » en dehors de toutes croyances religieuses et mouvements politiques partisans, le rassemblement du 11 janvier était une évidence !

En effet,  lutter contre la barbarie, venir en aide à tous ceux qui souffrent physiquement et moralement et à tout être humain fait partie intégrante de notre mission.

De plus  * « l’Humanisme » fait aussi partie de nos « gènes » et de ce fait nous étions ce 11 janvier en parfait adéquation avec les participants à cette manifestation sans précédent.

Je pense, d’ailleurs que beaucoup de nos amis Lions étaient présents dans les villes et villages de France, pour ma part, j’y étais.

* L’Humanisme , selon le «  Petit Robert » : 

1.  (1845) Philos. Théorie, doctrine qui prend pour fin la personne humaine et son épanouissement. « Le pur humanisme, c'est-à-dire le culte de tout ce qui est de l'homme » (Renan).2.  (1877)

Hist. Mouvement intellectuel européen de la Renaissance, caractérisé par un effort pour relever la dignité de l'esprit humain et le mettre en valeur, et un retour aux sources gréco-latines. L'humanisme italien, français.     Marcel Cacaud

Ce texte est paru dans notre dernière “Lettre mensuelle” dans laquelle est publié chaque mois “l’Edito” ou le “Point de vue” d’un Lion. Il n’engage pas le club et n’est que l’expression de celui qui l’écrit. Pour consulter la Lettre du mois cliquez sur le lien "PDF" ci-après :

Soirée "Mixte Noël" du 19 décembre

17 Janvier 2015 , Rédigé par M.C. Publié dans #Le Club de Montaigu

Soirée "Mixte Noël" du 19 décembre

Pour cette soirée du 19 décembre, nous étions 21 Lions, accompagnés de 19 de nos épouses, une réunion mixte en décembre c’était une première et une excellente initiative.

En effet, une semaine avant Noël, ce moment festif s’imposait, on peut d’ailleurs s’étonner que nous ne l’ayons pas fait plus tôt ! Souhaitons donc que cela devienne une tradition !

Après avoir rappelé les dossiers en cours : Plaquette, Soirée et recrutement, le Président a procédé à la remise de chevrons à Patrick Guénec, pour 20 ans de Lionisme et à Michel Berranger pour 15 ans !

Puis ensuite après l’apéritif (plusieurs pour certains dont je fais partie...), nous sommes passés à table et ce dîner fut particulièrement joyeux, surtout bien sûr, pour les générations les plus jeunes, mais je confirme, que même les plus âgés ont passé un très bon moment, la proximité de Noël produit toujours sa magie, même à un âge certain !

Ce fut un moment éminemment sympathique et joyeux, une soirée de fête, c’est bien le moins à une semaine de Noël et de l’année nouvelle !

Fred Guiot (merci à lui) a pris beaucoup de photos et notamment de nos épouses ensemble et séparément !

Vous les trouverez toutes sur le site du Club, où vous pourrez les télécharger. Petite information statistique : notre Club est passé d’un total de « 2 111 ans en 2014 à 2 146 ans en 2015 ».

Cela pour 35 membres inscrits au 1er janvier 2015, comme en 2014. La moyenne d’âges est de 61,1 ans en 2015 pour 60,31 en 2014, nous vieillissons donc un peu, mais ce sera sans doute provisoire, car des projets de recrutement sont en cours nous dit-on.

Soirée "Mixte Noël" du 19 décembre

Le goût de la liberté

13 Janvier 2015 , Rédigé par Jean-Marc Vittori Publié dans #Lu pour vous

Le goût de la liberté

Jean-Marc Vittori / Editorialiste des "Echos"| Le 12/01 à 15:48

Depuis la Révolution, la liberté politique est une obsession française. La réaction du peuple après le massacre de « Charlie » l’a ravivée. Et si les Français redécouvraient aussi les vertus de la liberté économique ? « Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie »… En ces temps bouleversants, on se prend à rêver. Et si la France, et si la République, redécouvrait ses racines les plus profondes ? Et si elle retrouvait ainsi le chemin de l’avenir ?

Liberté… C’est bien sûr le titre du poème le plus connu de Paul Eluard, écrit pendant la dernière guerre, qui s’achève sur cette promesse d’avenir. C’est la « perle rare » chantée par Georges Moustaki, perle qui lui avait fait quitter son pays pour venir en France.

C’est aussi une aspiration vitale qui est remontée à la conscience populaire avec le massacre de « Charlie ». Les millions de femmes et d’hommes qui ont marché dans les rues de Paris, Lyon, Bordeaux, Rennes et dans plus de 200 villes françaises ont bien sûr marché « contre » - contre le terrorisme, tout comme des foules nombreuses ont défilé ces dernières décennies contre le mariage pour tous, la réforme des retraites, le Front national ou la baisse des subventions aux écoles privées.

Mais cette fois-ci, les Français ont d’abord marché « pour ». Pour la liberté. Une liberté qu’ils croyaient acquise, comme ils croient que l’Europe est une cathédrale achevée et non une Sagrada Familia en chantier. Une liberté, aussi, qu’ils sacrifient parfois, sans même s’en rendre compte.

La République française s’est construite comme la patrie de la liberté - et elle est encore vue ainsi un peu partout dans le monde, comme l’ont montré les innombrables réactions de solidarité après la fusillade chez « Charlie ». Dans la devise nationale, forgée par Robespierre dans un discours de 1790, la liberté passe avant l’égalité et la fraternité. Une prééminence qui figurait déjà dans le premier article de la Déclaration des Droits de l’Homme, votée dès août 1789 et rappelée dans le préambule de la Constitution de la Ve République : « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit ».. Son article IV précise que « la liberté consiste à pouvoir faire ce qui ne nuit pas à autrui ». Selon son article X, « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses ». Et son article XI affirme la liberté d’expression, placée si haut par Voltaire : « tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement ».

La liberté apparaît comme une véritable obsession nationale. Au point que Karl Marx la décrit comme « l’expression française de l’unité de l’être humain ». Liberté d’écrire, de croire ou de ne pas croire, de voter… Il aura fallu près de deux siècles pour que les principes de la Révolution entrent vraiment dans la réalité. La loi sur la liberté de la presse date de 1881, la séparation de l’Eglise et de l’Etat de 1905, les femmes n’ont eu le droit de vote qu’en 1945 et une censure de l’hebdomadaire satirique Hara-Kiri en 1970 est à l’origine de la naissance de son successeur Charlie Hebdo.

Et contrairement à la volonté de Robespierre, ces libertés politiques majeures sont soigneusement encadrées, dès la Déclaration des droits de l’homme. Le respect des opinions est acquis « pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public ». Le droit à la parole aussi, « sauf à répondre de l’abus de cette liberté. » Le journal « Charlie » a ainsi été attaqué plusieurs dizaines de fois en justice. Il a été condamné à plusieurs reprises (mais jamais pour ses dessins touchant aux religions).

L’immense majorité des Français tiennent comme à la prunelle de leurs yeux à cette liberté tempérée par la loi. Autrement dit, les Français sont libéraux ! Encore plus surprenant : ce n’est pas forcément une injure. Mais alors, si les Français aiment tant la liberté, pourquoi veulent-ils la taillader, l’amputer, la couper en morceaux? Certains partisans acharnés de la liberté politique ne veulent pas entendre parler de la liberté des mœurs.

Pourtant, le mariage gay « ne nuit pas à autrui ». Il respecte le principe fondamental de l’article IV de la Déclaration de 1789. Ceux qui s’y sont opposés avaient donc d’autres raisons de le faire. Des raisons respectables, qui tiennent à leurs valeurs, leur culture, leur religion parfois, mais des raisons qui vont à l’encontre du principe de liberté. D’autres partisans acharnés de la liberté politique favorables à la liberté des mœurs rejettent, eux, le mot « liberté » dès qu’il s’approche de l’économie.

Souhaitable, nécessaire, vitale en politique, la liberté serait fatalement une catastrophe en économie. Le libéralisme devient ici une horreur. Les Français sont l’un des peuples au monde les plus rétifs au concept de marché, préférant l’action de l’Etat – même quand cette action échoue. La « libre concurrence » est souvent dénoncée, comme si une concurrence faussée était préférable. Cette France anti-libérale, anti-liberté, s’inscrit cette fois-ci en rupture de son histoire.

La Révolution de 1789 fut libérale en économie comme en politique. Elle a fait sauter les verrous, les protections, les rentes qui empêchaient le pays de se moderniser, de passer à l’industrie. Au XIXe siècle, l’idée de liberté était portée haut et fort par les économistes français.

Aujourd’hui, elle est souvent honnie. Et le pays préfère s’enfermer dans une déprime tenace plutôt que d’oser « libéraliser » - un gros mot. La France redécouvre que la liberté de parler, de penser, de dessiner, de caricaturer est cruciale - et c’est tant mieux. Elle pourrait redécouvrir que la liberté d’entreprendre, de rivaliser, de travailler et même de licencier sont essentielles.

Liberté, j’écrirai ton nom aussi sur les usines, sur la recherche, sur les syndicats, sur les technologies de l’information, sur le dialogue social et même sur le capital.

Jean-Marc Vittori Inséré depuis <http://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/0204073876114-le-gout-de-la-liberte-1082406.php>

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>