Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog du Lions Club de Montaigu

L'Edito de Patrick Guénec

21 Octobre 2015 , Rédigé par Patrick Guénec Publié dans #Le Club de Montaigu

L'Edito de Patrick Guénec

Nous sommes actuellement « inondés » d’images, d’informations sur les « migrants » et bien entendu manipulés par ces médias de l’instant qui entretiennent un climat anxiogène favorable à la montée des extrémismes de tout bord. Notre capacité de doute ne doit pas s’émousser ni disparaitre face à ces assauts incessants : nous devons raison garder et préserver le temps nécessaire à la réflexion !

Aujourd’hui, les migrations sont favorisées par l’expansion des moyens de transport et de communication. Au risque d’appauvrir les pays d’origine, elles soutiennent les processus de croissance économique des pays d’accueil pour lesquels elles ne sont pas seulement des charges.

Elles apportent aussi une main-d’œuvre utile dans les secteurs d’activité les plus délaissés. Les migrants pallient également le déficit de travailleurs dans les pays en voie de vieillissement comme chez nos voisins allemands. Ils permettent l’expression de talents, enrichissent les échanges culturels et, à terme, métamorphosent les civilisations.

Chaque être humain porte en lui une part de l’humanité toute entière : la dignité du migrant est inaliénable. La devise « Liberté, Egalité, Fraternité » doit bien entendu s’appliquer aux migrants qui arrivent dans une société constituée dont ils ne maitrisent souvent ni les codes ni la langue.

Multiculturalisme, intégration ou assimilation, le modèle français, contrairement à celui des pays anglo-saxons ou du Nord de l’Europe, est assimilatoire, républicain et laïc. Les risques de dérives vers le communautarisme existent et nécessitent la plus grande vigilance.

Si nous ne pouvons exiger du migrant qu’il renie ses racines, il ne peut et ne doit de son côté se soustraire aux lois et aux valeurs du pays d’accueil. Pour notre part, je pense que nous ne devons pas renoncer à certaines utopies et notamment à parvenir sur toute la Terre à la justice sociale dans une humanité organisée en sociétés libres et fraternelles.

Il faut sans doute imaginer de nouvelles échelles de territoires avec des communautés de pays à l’image de l’Europe certes perfectible. Rêvons d’une conception mondiale de la citoyenneté, plus profitable à tous les hommes et plus respectueuse de leurs droits !

Les migrations représentent la rencontre des idées et des richesses culturelles des peuples. Il ne faut pas en avoir peur et défier ceux qui l’entretiennent avec de funestes desseins ! Restons curieux de l’autre ! Etre humaniste aujourd’hui, c’est pouvoir adapter la force d’un message ancestral aux exigences du monde moderne.

Ce travail est, par définition, un effort continu, qui ne connait pas de terme. Ainsi que l’a formulé le philosophe italien Pic de la MIRANDOLE (1463-1494) lorsqu’il pose, à 24 ans seulement, le concept central de l’humanisme dans son célèbre « Discours sur la dignité de l’Homme » : « Le père suprême prit donc l’homme et, l’ayant mis au milieu du Monde, il lui dit : nous ne t’avons fait ni céleste, ni terrestre, immortel ni mortel, pour que, tel un statuaire qui reçoit la charge et l’honneur de sculpter ta propre personne, tu te donnes toi-même la forme que tu auras préférée ».

Son fascinant contemporain Léonard de VINCI (1452-1519) offre une belle illustration de cet humanisme dont le « Lionisme » est très emprunt : il appartient à chacun d’entre nous de le faire vivre afin qu’il demeure une réalité dans un Monde d’individualismes. Patrick

Ce texte est paru dans notre dernière “Lettre mensuelle” dans laquelle est publié chaque mois “l’Edito” ou le “Point de vue” d’un Lion. Il n’engage pas le club et n’est que l’expression de celui qui l’écrit. Pour consulter la Lettre du mois cliquez sur le lien "PDF" ci-après :

Commenter cet article