Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog du Lions Club de Montaigu

Aéroport Notre Dame des Landes "Un projet de développement durable"

12 Janvier 2016 , Rédigé par M.C. Publié dans #Lu pour vous

Aéroport Notre Dame des Landes "Un projet de développement durable"
Le Président du conseil dépatemental Philippe Grosvalet, est revenu devant les maires de Loire-Atlantique sur la déclaration de Manuel Valls pour réaffirmer sa conviction que le transfert d'aéroport préservera l'environnement : « Au-delà de la nécessité d'avoir une grande Pla¬teforme aérienne sur l'Ouest de la France, la question foncière est au coeur du projet de transfert d'aéroport.
En libérant la capacité à den¬sifier sur l'agglomération nantaise sur un espace tellement contraint qu'on ne peut plus construire de lo¬gements, nous permettons d'éviter demain de grignoter sur les terres agricoles dans la périphérie nantaise.
Nous protégeons les terres agricoles, Et c'est la cohérence de nos politiques à long terme : un projet d'aéroport : mais aussi, entre cet aéroport et l'agglomération nantaise, un périmètre de 19 000 ha de terres agricoles protégées.
Je préfère protéger des milliers d'hectares autour de la métropole et d'en réserver un millier pour une plate-forme aéroportuaire de terre qui n'ont, d'ailleurs, pas la plus grande valeur agronomique en Loire-Atlantique.
C'est un choix, sur le très long terme, que j'assume pleinement. J'ai été heureux d'entendre le Premier ministre reprendre cet argument. Que le projet de Notre-Dame-des-Landes est un projet de développement durable. Qu'il permet non seulement de préserver des habitants ici, mais de préserver des espaces qui permettront de répondre aux grands défis de densification urbaine. »
NDLR : le projet d'aéroport stipule qu'il doit libérer 600 ha à Bouguenais et à proximité, soit un potentiel de 6 300 logements et 16 000 habitante.
Avec l'argument que ces logements qui seront nécessaires au regard des perspectives démographiques, n'auront pas à être construites sur des terres agricoles en périphérie où 600 ha seraient loin de suffire.

Commenter cet article