Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le Blog du Lions Club de Montaigu

Présidences du CLub et autres fonctions de District de 1970 à 2015

26 Février 2016 , Rédigé par M.C. Publié dans #Notre histoire

Je vous livre ci-dessous la liste de tous les Présidents de notre club depuis sa création en 1970 et jusqu'à l'année 2015/2016 en cours, sont indiqués également, les Lions ayant exercé des fonctions dans notre District, le "District 103 Centre Ouest" dont notre club fait partie. Le District 103 France du Lions International est en effet,  lui-même composé de 15 Districts régionaux.    M.C.
Présidences du CLub et autres fonctions de District de 1970 à 2015
Lire la suite
Lire la suite

Photos de Françoise et André Poiron en 2007

24 Février 2016 , Rédigé par M.C. Publié dans #Albums

Françoise et André Poiron en 2007 lors d'une de nos réunion. Françoise est décédée le 23 janvier dernier à 87 ans, André nous a quitté en 2009 à 78 ans, il était membre fondateur de notre club.

Françoise et André Poiron en 2007 lors d'une de nos réunion. Françoise est décédée le 23 janvier dernier à 87 ans, André nous a quitté en 2009 à 78 ans, il était membre fondateur de notre club.

Lire la suite

L'édito de Frédéric Savaete, Dubaï, un autre monde..............

22 Février 2016 , Rédigé par Frédéric Savaète Publié dans #Le Club de Montaigu

L'édito de Frédéric Savaete, Dubaï, un autre monde..............
Il y a un an, nous passions nos vacances dans les Emirats-Arabes-Unis, à Dubaï exactement. Cet émirat, le plus célèbre des sept Emirats Arabes Unis ne laisse personne indifférent tant il fait dans la démesure, l'extravagance et l'opulence.
L'arrivée par avion donne un premier aperçu. Il ne faut pas moins de 45 minutes de survol au-dessus des maisons, des échangeurs d'autoroutes (deux fois sept voies) et des tours avant de pouvoir atterrir. Une fois à terre, l'aéroport dévoile tout son gigantisme avec un espace Duty Free à perte de vue et une luxuriance ostentatoire. Un vrai mirage...
Les premiers déplacements en voiture sont tout aussi troublants puisque des autoroutes à perte de vue ici encore façonnent le paysage et les gratte-ciels touchent presque vraiment le ciel. Inutile de chercher des personnes en train de flâner sur les trottoirs, ils sont déserts. Les premières impressions laissent à penser que la vie ne se passe pas « dehors ».
Rapidement en effet on se rend compte qu’à côté des gratte-ciels de bureaux et de logements se trouve un autre type de bâtiment, les « Mall ». Les superlatifs manquent pour qualifier ces grands centres commerciaux. Aussi vastes en surface qu'une centaine de stades de football, ils sont un concentré de boutiques toutes plus luxueuses les unes que les autres.
On peut y trouver aussi patinoire olympique, aquarium géant, parc à thème ou station de ski indoor avec télésièges, tire-fesses ou restaurant d'altitude... Dans cette ville, tout est luxe (pour le calme et la volupté vous demanderez à Baudelaire), hôtellerie (l'hôtel Burj al-Arab est le seul hôtel sept étoiles au monde), haute couture (toutes les marques de luxe y sont présentes), automobile …
Ça y est, je sens que ça intéresse enfin certains ! Dubaï, en effet, est à elle seule un parc automobile inouï. Peu d'endroits dans le monde possèdent en effet autant de véhicules de luxe au mètre carré. Tout bon dubaïote possède ce signe extérieur de richesse. Alors, pour se démarquer de son voisin ou se faire simplement remarquer (sport national, vous l'aurez compris !), il s'offre la plaque minéralogique la plus remarquable et donc la plus chère.
La possession d'une telle plaque minéralogique est devenue une marque de standing recherchée par ceux qui veulent étaler leur richesse. Les numéros les plus demandés sont les numéros les plus courts (les plaques comptent habituellement 6 chiffres dans le pays) ainsi que les combinaisons de chiffres présentant des répétions, des séquences ou des palindromes. Autres extravagances, les parcs attractifs gigantesques, des archipels d’îles à l'image de la carte du monde, d'autres archipels artificiels abritant des villas de luxe, une marina la plus grande du monde, un hôtel sous la mer, des pistes de ski en plein désert (on l'a vu ci-dessus) ...
Tout concourt au dépaysement, au « déboussolement » mais à l'écœurement aussi. Certes...Mais dans ce pays la valeur du travail est reconnue. Il n'y a pas de sot métier et nombreux d'ailleurs sont les métiers encore exercés là-bas et disparus chez nous car dénigrés...
Si vous avez aussi des idées, de la volonté et de l'ambition, vous êtes soutenus dans vos projets. A Dubaï, il y a une vraie logique de valorisation du travail.Travailler, et réussir ne sont pas des gros mots là-bas. Ceux qu'on montre du doigt chez nous, sont admirés chez eux. Tout n'y est pas rose, certainement …Le système de sécurité sociale n'existe pas par là-bas et l’application des droits de l'homme laisse à désirer...
Mais, nous français, avant de donner des leçons, peut-être devrait-on enfin ouvrir les yeux et changer notre modèle de société afin de remettre la valeur travail au centre de nos préoccupations et faire de la réussite un exemple !
Ce texte est paru dans notre dernière “Lettre mensuelle” dans laquelle est publié chaque mois “l’Edito” ou le “Point de vue” d’un Lion. Il n’engage pas le club et n’est que l’expression de celui qui l’écrit. Pour consulter la Lettre du mois cliquez sur le lien "PDF" ci-après :
Lire la suite

Réunion "Apéritif" du 11 février 2016

21 Février 2016 , Rédigé par M.C. Publié dans #Le Club de Montaigu

Réunion "Apéritif" du 11 février 2016
Nous étions peu nombreux ce jeudi soir chez Dominique et Bertrand Lebel, seulement 10 Lions, il est vrai que nous sommes en période de vacances scolaires avec souvent un  séjour à la montagne.
Fabien, tout juste sorti d’une mauvaise grippe à bien sûr parlé des dossiers « brûlants »  :
1. Les invitations pour la soirée de Gala sont prêtes à être expédiées dès aujourd’hui 12 février. Des invitations de complément serons remises à notre demande.
2. La Plaquette :  côté encarts publicitaires, ça avance, mais il y a encore un bon bout de chemin à faire…. Alors à nous tous de faire des efforts en ce sens. Côté rédactionnel Fred Guiot et quelques autres s’activent et devraient finalement finir par être dans les temps.
3. Fabien nous a également fait part de son souci de ne pas avoir encore trouvé de candidats pour la présidence 2016/2017 et pour le poste de secrétaire.
Les Lions présents ont été unanimes à dire qu’il était temps de résoudre ce problème !
D’une manière générale, il est apparu au cours de nos discussions, que trop de sujets à régler aboutissent finalement sur le bureau du Président… ce n’est pas nouveau, et la plupart de ceux qui sont passés par là le savent bien !
Pourtant, surtout lorsque les  présidents sont jeunes et en pleines activités professionnelles, ça devient difficile !
Pour ma part, je pense avec d’autres, qu’il faut impliquer très rapidement les nouveaux Lions en leur confiant des missions qui pourraient aider le Président.
4. Une nouvelle fois le sujet de la « Journée diabète » à été évoquée : le lieu exact  dans laquelle elle se déroulera a été vu avec M. Brosset de Super U. 
Reste maintenant à trouver un médecin et des infirmières. Alain Mandikian (il était absent ce soir-là) s’en occupe, mais il aura besoin évidemment du renfort de nombreux Lions.
5. Le Congrès de District comme vous le  savez, se tiendra en Vendée, aux « Jardins de l’Atlantique » à Port Bourgenay voir auprès de Chistophe pour les inscriptions.
Maurice Albert et Vincent Jaunet ont participé à la dernière CCG (Commission consultative du Gouverneur autre appellation des réunions de Zones) qui s’est tenue le 20 janvier dernier à la Roche sur Yon, ci après résumé le compte rendu qu’en a fait Maurice :
  1. ¨ Une journée « Sang pour Sang » s’est tenue le 28 janvier dernier à l’IUT de la Roche avec en principe des clubs de Vendée ?
  2. ¨ Congrès de printemps", le club de Talmont-Jard-La Tranche organisateur du Congrès, se trouve confronté à des problèmes de coûts et demande l’aide des clubs de Vendée, à hauteur de 300€ par club ou  à trouver 2 publicités pour la plaquette du Congrès à 150€ chacune ? !!! Pour le samedi matin du Congrès, il est demandé de prévoir 2 personnes par club,  présentes  dès 7 heures 30 pour l’accueil des congressistes.
  3. ¨ Pour la Convention internationale 2016" qui se déroulera au Japon, la  Zone 11, la nôtre, sera représentée par Isabelle Vrain présidente du Club de Saint Gilles. Pour la Zone 12 ce sera un Lion de Fontenay le Comte. Le montant de la participation de notre Club se montera à 520€
  4. ¨ La Convention Internationale 2017 " se tiendra naturellement à Chicago, ce sera la Convention du Centenaire du Lions Club International.
  5. ¨ La Convention national 2017" se tiendra elle, à Nantes et le Congrès de Printemps de notre District aura lieu à Rochefort. Rappelons que celle de 2016 se tient à Antibes-Juan les Pins.
  6. ¨ Au cours de la Soirée nos deux  amis ont rencontré Jean-Louis Sucher, président de la Bibliothèque sonore et ainsi ont pu recueillir ses coordonnées afin de lui verser le don de 300€ prévu pour l’année 2014/2015.
Maurice et Vincent ont aussi pris possession des affiches de la campagnes de communication Lions 2015/2016, qui bien sûr seront posées dans le secteur de Montaigu.Une journée formation pour les nouveaux Bureaux 2016/2017 aura lieux le 30 avril prochain à La Roche sur Yon ……..
Pour le centenaire du Lionisme, sur le Site du Lions avec l’application « MY LCI », nous pouvons faire connaître toutes nos actions (faim, environnement, vue, jeunesse etc, etc,).
La soirée c’est ensuite terminée autour de la table bien garnie, de Dominique et Bertrand et où nous avons échangés des propos divers et variés… d’autant que l’actualité n’en manquait pas !
Merci à Dominique et Bertrand pour leur accueil vraiment très chaleureux .   M C
Réunion "Apéritif" du 11 février 2016
Lire la suite

Soirée annuelle "vins et fromages" de janvier

20 Février 2016 , Rédigé par M.C. Publié dans #Le Club de Montaigu

Soirée annuelle "vins et fromages" de janvier
Cette soirée venait après les décès de nos deux amis Philippe et Patrick en l’espace d’un mois !
Mais bien sûr la vie continue et nos deux amis en seraient sûrement d’accord !
Nous étions 15 Lions accompagnés de 12 de nos conjointes et de 3 invités Lions des Herbiers ! Petite participation sans doute trop près du dernier Apéritif
Fabien  a d’abord souhaité la bienvenue à nos trois amis des Herbiers qui avaient répondu présent à notre invitation, les seuls de notre Zone, dommage !
Il a ensuite passé la parole au responsable de cette soirée,  c’est-à-dire notre ami caviste et Lion Hubert Juvin qui avec son épouse Cathie a préparé le concours de Vins et fromages, bravo à tous les deux, tout était impeccable !
Puis ce fut la dégustation, un moment toujours très  agréable et convivial, (environ 1 heure) puis pendant que nos amis Juvin faisait les comptes avec l’aide de Maurice Albert.
Puis, Fabien notre président  nous demanda de passer à table.
Dîner très  agréable et convivial, interrompu un moment  par Fabien pour nous rappeler les urgences du moment : Plaquette 2016, Invités pour la Soirée anniversaire de Gala etc…
Fabien a aussi remis  la distinction de « Compagnon de Melvin Jones » à Maurice Albert (rejoignant ainsi un certain nombre d’entre nous) pour services rendus au Lions Clubs.
Puis au moment du dessert Cathie et Hubert proclamèrent les résultats :
Ci-après les éléments de la dégustation avec les gagnants :
Pour les vins :
Vins Rouges et Blancs (présentés bien sûr  en bouteilles sans étiquettes pour dégustation à l’aveugle.)
1. Caprice pointe de sucre Pinot Gris           
2. IGP OC Blanc sec fruité Viognier             
3. Chinon tannique, animal  Cabernet Franc
4.  IGP OC Rouge rond, fruité  Pinot Noir          
5. Côtes Roannaises léger, fruité  Gamay St Romain   
Total 5 Points
Question subsidiaire :  
Combien de cépages représentent plus des 2/3 de la surface plantée en vigne en France (entre 1 et 30)
Gagnante Delphine Flécher à la question subsidiaire
Pour les Fromages :   
Fromages 
1. Chartreuse Bichonnée, Alpes- Vache    
2. Fumaison, Auvergne-Brebis            
3. Pyrénées, Pyrénées-Brebis            
4. Raclette Jurassienne, Jura-Vache
Total 4 Points
Question subsidiaire  : Quelle est la quantité en % de matière grasse du Pyrénées  ? (entre 15 et 42 )
Réponse 30 :
Gagnants : Plusieurs gagnants tirage au sort à la questions subsidiaire.
Gagnant : Eric Piveteau  
Total Fromages et Vins    Total sur 9 pts : 
Question subsidiaire :
"En 2013, selon la Fédération Internationale du Lait, les Français étaient les plus gros consommateurs de fromage dans le monde :
Combien de Kg/An/Personne (entre 20.1 et 39.9) ?"    
Réponse : 25.9Kg/an/pers         
Gagnant : Plusieurs gagnants , Philippe Flécher le plus proche à la questions subsidiaire.
Gagnant : Philippe Flécher  (la famille Flécher était à l’honneur) ! Bravo aux 3 gagnants
Un peu d’Histoire :
Cette soirée Mixte annuelle de janvier dite « Vins et Fromages » existe   officiellement depuis la création de l’ordre dénommée :
« LES ECHANSONS DE LA DIGUE » fondée le 22 janvier 1985, jour de la Saint Vincent, qui comme chacun le sait (ou devrait le savoir) est la fête des vignerons !
Cette confrérie céée au sein de notre club avait à sa tête un « Grand Conseil de l’Ordre » composé de 7 membres, dont il ne reste hélas qu’un seul survivant, notre ami Armand Gouraud !
Ci-dessous les noms des Lions composant ce conseil :
1. du Grand  Echanson  Victor DRETEAUDEAU
2. du Premier Conseiller Martial CAILLAUD
3. du Maître des Monnaies Armand GOURAUD
4. du Maître de Cérémonie André POIRON     
5. du Maître de Logis Henri SABLEREAU
6. du Grand Chancelier  André  JEANNEAU
7. du Grand Sénéchal Marcel GOURRAUD
Bien sûr, cet ordre avait un caractère amical et festif né de l’amitié qui liait tous ces Lions, tous membres fondateurs de (Suite de la Soirée Vins et Fromages) Cette soirée vins avait débuté environ 2 ou 3 ans avant 1985 (source Armand Gouraud), quand nous recevions à cette époque des représentant des quatre autres clubs de notre Zone soit : Challans, Saint Gilles, Pouzauges et les Herbiers, qui venaient nombreux à notre soirée de janvier.
De là est venu l’idée de nos joyeux membres fondateurs de créer dans notre club sur le modèle des  « Tastevin » et autres confréries cet ordre sympathique. C’est donc à partir de là que cette Soirée s’est pérennisée et a longtemps été très fréquentée par des amis des clubs cités plus haut.  
N'oublions jamais, que si le Lionisme est avant tout au service des autres cela n'exclue pas la convivialité et l'amitié qui se crée entre tous les membres !
Cette amitié est le socle sur lequel nos clubs se construisent et arrivent à mener de belles et grandes actions.  M.C.
 
Toutes les photos de la Soirée vins sont  sur ce blog dans la catégorie Albums
Toutes les photos de la Soirée vins sont  sur ce blog dans la catégorie Albums Toutes les photos de la Soirée vins sont  sur ce blog dans la catégorie Albums

Toutes les photos de la Soirée vins sont sur ce blog dans la catégorie Albums

Lire la suite

Décès de Mme. Françoise Poiron épouse d'André

20 Février 2016 , Rédigé par M.C. Publié dans #Le Club de Montaigu

Après Philippe Pallard et Patrick Guénec, c’est Françoise Poiron qui est décédée le 23 janvier dernier à l’âge de 86 ans, sa sépulture s’est déroulée le 26 janvier en l’église de Montaigu, Bernard Gourmaud et moi-même représentions le club à la cérémonie. Françoise, que les plus anciens du club ont bien connu, était l’épouse d’André Poiron, membre fondateur du club disparu en 2009.
Elle était depuis plusieurs années en Maison de retraite à Saint Fulgent et avait des problèmes mémoriels sérieux. Les membres du Club présentent à ses quatre enfants et leurs familles leurs plus sincères condoléances et toute leurs sympathie. M.C.
Françoise et André Poiron, lors d'une de nos réunion en 2007

Françoise et André Poiron, lors d'une de nos réunion en 2007

Lire la suite

Les lions Clubs en expansion

15 Février 2016 , Rédigé par Site du Lions Club International Publié dans #Le Lions Club International

Lire la suite
Lire la suite

L'Ubérisation du Monde Chronique du Figaro par Luc Ferry du 4 février 2016

8 Février 2016 , Rédigé par Luc Ferry Publié dans #Lu pour vous

D’abord, évitons de confondre «ubérisation» et digitalisation. Ensuite, cessons d'affoler les foules en faisant croire que les innovations technologiques vont anéantir le travail salarié et la croissance.
En réalité, si de nombreuses tâches répétitives sont « digitalisables », il s'en faut de beaucoup que tous les métiers le soient. Pour le comprendre, précisons le sens de ces mots barbares, encore tout nouveaux dans le langage courant.
« Ubériser, ce n'est pas digitaliser, c'est mettre un bien privé sur le marché de particuliers à particuliers en court-circuitant les corporations de professionnels. C'est ce qui se passe avec Uber, ou encore avec Airbnb, des applications qui permettent de mettre sa voiture ou son appartement à la disposition d'un autre particulier moyennant finance. Cela, certes, est rendu possible grâce à des plateformes adossées à la révolution digitale, mais cette opération commerciale ne relève pas pour autant de la digitalisation à proprement parler.
En revanche, l'automatisation de certaines tâches en fait partie, par exemple, trier un fichier d'adresses, ce qu'une secrétaire faisait « à la main » il y a dix ou quinze ans encore, et que n'importe quel ordinateur accomplit aujourd'hui en moins d'une seconde.
Le métier de secrétaire disparaîtra-t-il pour autant ? Certainement pas. Bien entendu, nombre d'activités seront automatisées par la numérisation, mais plus rarement les métiers eux-mêmes.
Les secrétaires continueront d'exister, simplement, elles s'occuperont d'autre chose pendant que l'ordinateur les débarrassera de pensums mécaniques, du reste fastidieux et dépourvus d'intérêt.
Selon un rapport que McKinsey a consacré en novembre dernier à ces sujets, 45% des tâches pourront ainsi être automatisées dans un avenir proche, mais seulement 10 % des métiers, ce qui relativise de beaucoup les thèses à la mode sur la fin du travail.
Ce qui est probable, en revanche, c'est qu'un manque de formation et d'adaptation des individus au marché, associé à un déficit de flexibilité, créera sans cesse plus du chômage, comme c'est d'évidence le cas dans la France d'aujourd'hui.
Pour autant, le problème n'a rien ni de structurel, ni d'irréversible, et si nos gouvernants avaient eu le courage de prendre les bonnes décisions durant les dix dernières années, la France serait dans le lot commun des pays européens qui ont réussi à régler la question, comme l'indiquent les chiffres d'Eurostat.
Ni Uber, ni les robots ne sont donc près de détrôner Schumpeter.
Comme le grand économiste l'avait compris, la logique du capitalisme est d'abord celle de la « destruction créatrice ».
En d'autres termes, ce sont les innovations technologiques qui tirent la croissance, ce sont elles qui nous tentent par des produits nouveaux, mais qui, au passage, détruisent aussi des emplois « dépassés », le pari étant que ces derniers seront remplacés par d'autres, créés justement par les innovations.
Pour ceux qui sont attachés au monde ancien, comme c'est le cas des taxis aujourd'hui, la logique de l'innovation et de la concurrence apparaît inévitablement comme insupportable.
De là les révoltes qui ont toujours accompagné le progrès technique, depuis les luddites anglais de 1811 jusqu'à nos taxis en passant par les canuts lyonnais de 1831, ces ouvriers tisserands qui s'en prenaient aux machines à tisser, qui les        « sabotaient » en y jetant leurs sabots pour les détraquer, parce que, de leur point de vue, elles ne faisaient que détruire leurs emplois.
L'innovation, qui est en soi une bonne chose, n'en était pas moins pour eux l'adversaire par excellence, le spectre du chômage. Peut-être créait-elle de nouveaux emplois (ne serait-ce que ceux des artisans qui allaient construire les machines), mais ils ne seraient pas pour eux, car ils demanderaient de toutes autres compétences, ne seraient pas forcément situés à proximité de leurs lieux de vie, etc.

Ceux qui, dans le processus de destruction créatrice, sont happés par le moment de la destruction ne peuvent donc pas être rassurés par l'évocation du second moment, celui de la création, puisqu'il ne leur est que très rarement destiné. Sans doute faut-il, d'un point de vue social, trouver des compensations pour les taxis.

Reste qu'interdire ou entraver Uber serait absurde du point de vue des chauffeurs comme des utilisateurs. Tous seraient gravement pénalisés par la disparition d'un service bien supérieur à celui qu'offre une corporation qui, protégée durant des années par une absence totale de concurrence, n'a su ni s'améliorer ni s'adapter.

Le Choix des articles de "Lu pour vous" est de ma responsabilité, il n'engage que moi et non l'ensemble de notre Club.  M.C.
Lire la suite
1 2 > >>