Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog du Lions Club de Montaigu

Le passé éclaire l’avenir… et si c’était vrai ?

29 Avril 2010 , Rédigé par M.C. Publié dans #Le Club de Montaigu

L’Edito de Jo Pichodo

     

 « Au commencement était l’agriculture… ». Dois-je pour « commencer » m’en excuser ? Au risque de laisser croire que je Jo Pichodone sais pas penser autrement, je me permets, malgré tout, d’en rajouter une couche parce que, primo l’heure est grave, et secundo, si chacun se regarde dans la glace, en allant chercher plus ou moins loin, il trouvera dans ses aïeux, un paysan. Alors,… banco.

Labourage et pâturage furent les deux mamelles de la France. A tel point que tous les dimanches, chaque citoyen devait pouvoir prétendre à la poule au pot (le bon Roi Henri IV). Dans les années 60, Sico Mansholt (un batave) lança le Plan Européen du Développement Agricole en Europe, un peu comme le Plan Marshall… Pisani en fut la cheville ouvrière française. Un peu plus tard, notre bon Président Giscard découvrit les vertus du pétrole vert. C’était il y a bientôt 40 ans… Encore un anniversaire !

Mais depuis tout cela, relayés par les écolos de service ou encore par les photographes en hélicoptère donneurs de leçons, (réchauffement oblige !) sont passés par là … Produire devient un gros mot !

Et pourtant nous voulons une agriculture raisonnée et durable.

Comment faire ?

Raisonnée pour être durable, ce fut toujours le cas, à coup sûr !

Parlons-en. 

Nos technocrates, intelligents peut-être, intellectuels sans doute, ignares certainement au vu du résultat, continuent à penser pour nous et nous pondent des règlementations à géométrie variable.

Cela suffit-il à penser qu’ils ne sont pas imbéciles ? En tout cas, même s’ils changent d’avis, il est bien difficile de les suivre et surtout d’anticiper : le vrai problème aujourd’hui…

Quant aux écolos, boostés par leurs performances électorales, en passant par une nécessaire décroissance, ils croient le grand soir prochain.

Et pendant ce temps, la démographie mondiale galope.

Le problème est récurrent : de plus en plus de personnes, dans notre pays, en Europe et surtout, dans le reste du monde, manquent de nourriture.

Hier, les stocks de la PAC (qui va devenir PAATC : politique alimentaire, agricole et territoriale commune), servaient de réservoir pour l’aide alimentaire.

Aujourd’hui, certains, et non des moindres, voudraient tout ramener à l’agriculture bio.

C’est assurément aggraver le problème et peut-être en créer d’autres (qualité, équilibre alimentaire…).

Aussi, rabaissons tout de suite nos prétentions, en restant égoïstes, contentons-nous de veiller à notre indépendance alimentaire.

Car, à vouloir tout exagérer, le balancier risque de nous revenir en boomerang.

Va-t-on assister à une alimentation à deux vitesses ? En un mot, où va l’agriculture ? 2% de la population mondiale. Et si la réponse à toutes ces questions était entre les mains du consommateur ou plutôt du « consomm’acteur », nouvelle version du client ?

A chacun d’en penser ce qu’il veut mais pensons-y avant qu’il ne soit trop tard !... Tout le monde est concerné : à bon entendeur, salut !

Ah j’oubliais pour finir, merci de méditer au problème suivant : 1 mois en maison de retraite = 1 ha de terre vendéenne. Et si l’évolution de l’agriculture était encore responsable de cette catastrophe ?

Quelque part oui… , malheureusement (espérance de vie en évolution permanente).

Arrêtons là, il y aurait trop à en dire. De quoi provoquer un débat mais cela intéresse t’il quelqu’un en dehors des paysans fiers de leur métier…

D’ailleurs, autre question : sont-ils si nombreux ?

En conclusion, laissons le mot de la fin (faim ?) à Maurice BLONDEL : « L’avenir ne se prévoit pas, il se prépare ».

Commenter cet article