Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog du Lions Club de Montaigu

Soyez Critiques !

8 Février 2012 , Rédigé par M.C. Publié dans #Le Club de Montaigu

Le point de vue de  Jean Marquet

 

Jean Marquet“Rien n’est cru si fermement que ce que l’on sait le moins " (Montaigne, Essais) 1580

De tout temps, l’homme a eu besoin de comprendre son entourage.

Face aux évènements inconnus, il les a souvent associés à des phénomènes paranormaux qui sont devenus par la suite des certitudes.

C’est ainsi que Dieu est né.

Grâce à la religion, les croyants ont les réponses toutes faites aux questions existentielles qu’ils peuvent se poser. La religion a ceci d’étonnant, elle est pleine de certitudes or elle n’a pas besoin de preuves, sa philosophie peut ainsi se résumer : croyez ce que l’on vous dit mais ne cherchez pas à comprendre. Alors, que cherche-t-on ?

La vérité ou l’apaisement de la soif de connaissance ?

La vérité ne correspond pas toujours à l’idée que l’homme s'était forgé au cours de son histoire. Il doit en permanence remettre en question ses croyances et ses certitudes pour évoluer, elles ne doivent pas être un frein à sa connaissance.

Même Albert Einstein s’est fait prendre au piège. Alors qu’il venait de finir sa relativité restreinte, les premiers modèles d’univers qui sortirent de ses équations montraient à chaque fois un univers soit en expansion soit en contraction. Bref un univers qui évolue, qui a une histoire, un début et peut être une fin. Aucun de ces modèles ne se conforme à ce qui fait encore figure de dogme à l'époque: un univers immuable, figé pour l’éternité.

Albert Einstein pour régler ce problème va alors légèrement modifier ses équations en y introduisant une constante cosmologique qui pourra rendre ainsi l'univers à l’image que

L’homme s’était fixé.

Mais en 1929, Edwin Hubble, fait une découverte capitale, toutes les galaxies s'éloignent de nous, d' autant plus vite qu'elles sont distantes.

La thèse de l’univers en expansion est enfin reconnue!

Depuis quelques siècles, les avancées de la science ont souvent été en contradiction avec les idées religieuses, pourtant la religion est restée omniprésente dans notre civilisation.

La raison est plutôt d'ordre philosophique, on aime croire que nous sommes des êtres à part, voulus par un être suprême et indéfinissable.

Notre existence prend alors une importance et une autre dimension : si notre corps est condamné à mourir, notre esprit, lui, est éternel !

Cependant il faut bien l'avouer, notre existence tient du miracle!

Un petit nombre de constantes universelles tiennent un rôle très important dans les lois fondamentales de la physique.

Personne ne sait pourquoi elles ont telle ou telle valeur mais si elles venaient à changer, même très faiblement; l'univers deviendrait totalement différent et inapte à engendrer la vie.

Difficile de croire dans ces conditions que tout est dû au hasard et certains d'entre nous de s'empresser d'en conclure à l’existence d'un Dieu créateur.

Seulement notre vue est bornée à notre univers.

Si effectivement il n’y a qu’un seul univers et qu’il n’y en a jamais eu d'autre, on peut légitimement se poser la question du Pourquoi et du Comment.

Si par contre à côté du nôtre, il y a une multitude voire une infinité d'univers, alors, forcément, dans le lot, il y en a un qui peut être capable de réunir toutes les conditions requises pour engendrer la vie.

Le fait que nous soyons là par hasard peut gêner beaucoup d'entre nous, on à du mal à croire que notre existence n'était pas prévue, n'était pas inscrite dans les lignes de l'univers. Et pourtant sans aller aussi loin, la façon même de notre conception tient du hasard.

Le fait que nos parents se rencontrent tient du hasard, leur désir d'avoir une enfant, du moment choisi pour le concevoir. A cinq minutes près et il y a de fortes chances que ce ne soit pas vous qui soyez né, mais un frère ou une sœur à la place.

Mais après tout, nous sommes faits pour vivre sur cette terre, avec nos sentiments, nos humeurs, nos sensations, cela vaut bien la peine d’être vécu. Non ?

Et puis, en fin de la fin, il nous reste encore le doute……………………!

 

"Pour croire avec certitude il faut commencer par douter." Stanislas Leszczynski (1763 )

Commenter cet article